Un derby du sud « caliente »

Jean-Alexis Gallien-Lamarche

— 

Des supporters de l'OGCN.
Des supporters de l'OGCN. — ANP / 20 Minutes

Parfois, les trois points d'une victoire pèsent peu. Pour les supporters, un derby n'est pas qu'une question comptable, mais surtout de prestige et de fierté. Vendredi, en ouverture de la 10e journée de L1, l'OGC Nice reçoit son voisin de l'Olympique de Marseille dans une Allianz Riviera à guichets fermés. Un match attendu par tous les fous du Gym, qui s'annonce électrique... Et un premier vrai test pour les Aiglons dans leur nouvelle arène.

Plus de 600 Marseillais


Troisième à égalité avec Lille, l'OM, qui comptabilise 17 points, débarque à Nice en n'ayant toujours pas perdu à l'extérieur (trois victoires, deux nuls). Quant au Gym, il semble intraitable à domicile (trois victoires, un nul et zéro défaite) avec un Dario Cvitanich, auteur de 3 buts en quatre matchs sur sa pelouse.

Cette année, cette confrontation prend une autre dimension. « Depuis la saison dernière, nous y ajoutons aussi l'intérêt sportif, puisqu'ils sont à notre portée au classement », commente Didier Digard sur le site officiel du club. « Il existe une grosse rivalité entre nos deux équipes », n'oublie pas de préciser le milieu de terrain. Le Gym qui se présentera encore avec de nombreux blessés (Bauthéac, Maupay, Bruins, Pentecôte...) aura une carte à jouer face à des Phocéens défaits à domicile lors de leur dernier match (1-2 face au Paris Saint-Germain). En tout cas, le coach Claude Puel attend de voir son équipe passer un cap : « Il y a du caractère, de la qualité, mais pas encore de la régularité. Nous avions atteint un certain rythme de croisière l'an passé et ce n'est pas encore le cas. » A l'Allianz Riviera, ce sont plus de 600 supporters marseillais qui devraient faire le déplacement. Et à coup sur, ce derby du sud se jouera sur le terrain... et en tribune.

■ Eysseric de retour ?

Après sa blessure au genou qui l'a écarté des terrains pendant un mois, Valentin Eysseric pourrait faire son retour dans le groupe. « Il n'a qu'un entraînement collectif derrière lui», tempère Puel.