JO 2014: Jason Lamy-Chappuis sera le porte-drapeau de la France

Romain Scotto
— 
Le français Jason lamy-Chappuis, spécialiste de combiné nordique, le 1 mars 2013.
Le français Jason lamy-Chappuis, spécialiste de combiné nordique, le 1 mars 2013. — Pierre Teyssot / AFP

Il avait marqué le sport français lors d’un sprint mémorable il y a quatre ans, à Vancouver. Mais cette fois, Jason Lamy-Chappuis devra apprendre à marcher au pas. Le champion olympique de combiné nordique défilera en tête de cortège lors de la cérémonie des Jeux de Sotchi puisque qu’il a été élu lundi porte-drapeau de l’équipe de France. A un peu plus de cent jours des Jeux, le collège de votants, composé de Denis Masseglia (président du CNOSF), Jean-Luc Rougé (vice-président en charge du haut niveau), Isabelle Severino (coprésidente de la commission des athlètes) et Luc Tardiff (chef de mission à Sotchi) l’a élu pour cette mission honorifique devant ses principaux «rivaux», Martin Fourcade, Brian Joubert ou Ophélie David.

Une formation de pilote de ligne 

L’élection du Jurassien d’origine américaine n’est pas vraiment une surprise. A 27 ans, il est le seul champion olympique en activité depuis la retraite de Vincent Jay. Depuis les derniers JO, il a enrichi son palmarès de trois globes de la Coupe du monde et quatre titres mondiaux. En équipe de France, Lamy-Chappuis est aussi un homme très apprécié, parfaitement bilingue en anglais, qui jouit d’une réputation irréprochable. Habitué des médias, il suit une formation de pilote de ligne en marge de ses entraînements et se plaît à évoquer des sujets qui dépassent le cadre de son sport.

Il n'entre en lice que le 12 février

Par ailleurs, la cérémonie d’ouverture, toujours longue et usante émotionnellement, ne devrait pas perturber son programme puisqu’il n’entre en lice que le 12 février, soit cinq jours après le fameux tour de piste. Quatre ans après la désignation du biathlète Vincent Defrasne, le comité n’a donc pas opté pour la règle de l’alternance neige-glace, qui aurait pu profiter à Brian Joubert. Une fois de plus, c’est un sport «confidentiel» qui est mis à l’honneur, issu des disciplines nordiques. Les principales pourvoyeuses de médailles bleues depuis plusieurs olympiades.