Lacombe remercie Cayzac mais pas les hommes en noir

©2006 20 minutes

— 

Les noms de ses successeurs potentiels commencent à fleurir dans la presse, mais Guy Lacombe assure s'en accommoder tant bien que mal. « Je fais mon travail et jamais je n'ai pensé que le lendemain était mon dernier jour. Et je ne le pense toujours pas. Si je le pense, je connais la sanction », a déclaré le coach parisien hier, dans un Camp des Loges vierge de tout supporteur parisien. Lacombe n'a en revanche toujours pas digéré le résultat du match Nantes-PSG et les décisions arbitrales (lire ci-dessus) contraires à son équipe. « Cela ne peut pas être pire pour nous ! Dans la vie, il n'y a pas grand-chose de juste, mais je pensais que dans le sport, il y avait une justice sportive », s'est emporté l'Aveyronnais.

Solidaire de ses joueurs (« Tout le groupe est déjà concentré sur les deux prochains matchs »), l'ancien entraîneur de Sochaux a par ailleurs apprécié le soutien de son président après le match nul décroché à Nantes (1-1). « Alain Cayzac est conscient que je fais le maximum. Je crois mon président et M. Cayzac me croit. Cela s'appelle la confiance. Au soir de Bordeaux [défaite 0-2], vous avez tout fait pour qu'il me lâche, non ? », a-t-il adressé aux journalistes, avant d'ajouter. « C'est un président qui a le sens du devoir et de l'avenir. »