Football : Micoud, coup de coeur des supporteurs

©2006 20 minutes

— 

« Micoud : sifflé par les occasionnels, salué par les fidèles. » Avant le match contre Saint-Etienne (1-0, 15e journée de L1) samedi, le virage nord, plutôt discret d'habitude, avait réservé une banderole à l'égard du milieu de terrain girondin. Pas en reste, le virage sud a scandé son nom de longues minutes après le succès face aux Verts.

Pris en grippe par une partie du public lors deux dernières rencontres à domicile des Bordelais – contre Auxerre (0-0, 13e journée de L1) et Galatasaray (3-1, en Ligue des champions) – le meneur de jeu est remonté dans le coeur des supporteurs. L'homme a décidé de changer, il a même lancé son maillot dans la foule, chose impensable il y a encore quelques semaines. « Les sifflets ? Que voulez-vous que je vous dise ? Ça ne m'inspire rien du tout », avouait-il après le match contre Galatasaray, mercredi dernier. Auparavant, contre Auxerre et à Nancy (2-1, 12e journée) en Championnat, sorti par Ricardo en cours de jeu, il avait regagné les vestiaires sans dire mot à ses partenaires. « Contre Saint-Etienne, il y avait une communion entre Jo et le public. Ça faisait plaisir à voir », constatait Lilian Laslandes, un pote de la première heure à l'image de Jean-Claude Darcheville, lui aussi cible de nombreux quolibets. « Jo fait des efforts pour y arriver, alors pourquoi le siffler autant ? », s'interroge l'attaquant guyanais. « Bien sûr, on en a parlé ensemble, ajoute Ricardo. Je lui ai juste demandé de ne penser qu'à l'équipe. »

Auteur de sa première passe décisive de la saison samedi, le dépositaire du jeu bordelais, qui a inscrit 2 buts en L1, a pesé, manquant même deux belles occasions. « Micoud a démontré par ses actions qu'il ne méritait pas d'être pris en grippe », estimait Pierre Ducasse, son compère du milieu. Surtout, la forme ascendante de Johan Micoud est synonyme de bons résultats pour Bordeaux. Une bonne raison pour que les deux parties se réconcilient.

Stéphane Deschamps