Football : Sursaut d'orgueil ou peine capitale?

©2006 20 minutes

— 

Malheur au vaincu. Dimanche (18 h), le FC Nantes, 18e et premier relégable, accueillera à la Beaujoire le Paris Saint-Germain (14e), à l'occasion de la 15e journée de L1. Rien ne va plus pour les Parisiens, battus à domicile par Bordeaux (0-2), comme pour les Canaris, qui ont chuté à Lens (2-0). A Paris, avec le huis clos décrété depuis lundi au Camp des Loges, les joueurs sont restés silencieux. En revanche, à Nantes, le capitaine Mauro Cetto a ouvert la voie en début de semaine. « Quand on voit les matchs, je me dis que tout le monde n'est pas conscient de la situation ! » Une phrase mal perçue dans le groupe ? « Mauro Cetto est respecté dans les vestiaires, répond le latéral droit Eric Cubilier. Il a dit ce qu'il avait sur le coeur. Beaucoup de joueurs sont affectés. Il essaie sans doute de faire ouvrir les yeux à certains. »

Car la situation est grave. Les Jaune et Vert n'ont plus quitté la zone de relégation depuis le 1er octobre, après une défaite à Auxerre (1-0). Mardi matin, l'entraîneur Georges Eo – privé de Dimitri Payet (lésion aux adducteurs gauche) et qui saura aujourd'hui s'il doit faire sans Franck Signorino (cuisse droite) – n'a donc pas hésité à sermonner ses joueurs. « Il en a marre d'être mal classé, confie Cubilier. Il est touché. Il nous rentre dedans en ce moment et ça nous fait du bien ! Maintenant, à nous de nous mettre en première ligne. Chacun doit désormais prendre ses responsabilités des plus anciens aux plus jeunes. Il faut bien savoir qu'être 18e pendant toute une saison, ça peut jouer sur nos carrières. »

David Phelippeau

Mickaël Landreau (27 ans) s'apprête à vivre « un moment fort de [sa] carrière ». Transféré à Paris cet été, le gardien international retrouvera dimanche soir la pelouse de la Beaujoire, où il a évolué durant plus de dix ans au plus haut niveau.