Ligue des champions: Özil, le danger de la passe qui tue

FOOTBALL La recrue star d'Arsenal sera le danger numéro un pour l’OM…

Camille Belsoeur, à Marseille

— 

L'attaquant d'Arsenal Mesut Özil lors d'un match contre Sunderland, le 14 septembre 2013.
L'attaquant d'Arsenal Mesut Özil lors d'un match contre Sunderland, le 14 septembre 2013. — Sipa

Comme «Nemo», son sobriquet dans le vestiaire du Real faisant référence à ses yeux globuleux, Mesut Özil trouve toujours le meilleur chemin dans un monde peuplé de requins. Depuis son arrivée au Werder Brême en 2008, le milieu offensif allemand a en effet délivré 161 passes décisives en club et sélection, ce qui en fait le meilleur passeur d’Europe sur les cinq dernières années devant Messi. Rien que ça.

Le chaînon manquant

Au vu de ces chiffres, l’arrivée de ce joueur de classe mondiale à Arsenal, pour 45 millions d’euros, laisse donc à penser qu’il est le chaînon manquant des Gunners depuis plusieurs saisons pour franchir un palier. Sa première Outre-manche samedi a d’ailleurs déjà donné raison aux dirigeants londoniens. Face à Sunderland (3-1), Mesut Özil a déjà apporté sa touche à l’effectif avec deux merveilles de passes décisives, dont la première à Olivier Giroud après 11 minutes de jeu seulement.

Avec l’international allemand, Arsenal peut nourrir une ambition nouvelle en Ligue des champions. «Mesut Özil est l’un de ces joueurs créatifs très importants qui font la différence dans les matchs de très haut niveau», explique Arsène Wenger. L’arrivée de l’ex-Madrilène à Londres n’est d’ailleurs pas un caprice de président pour satisfaire des fans d’Arsenal longtemps fâchés avec le mercato de leur équipe. «J’avais déjà essayé de le recruter lorsqu’il avait quitté Brême pour rejoindre le Real», admet Wenger.

Pour Elie Baup, Arsenal évolue dans une autre cour que celle de l’OM avec son arrivée. «Quand on achète un Özil pour 50 millions comme Arsenal, on n’est pas dans les mêmes ambitions que nous.» «Il faudra bloquer la première passe de cette équipe pour ne pas être pris de vitesse», poursuit-il. Avec Özil à la baguette ce ne sera pas tâche facile.