Football : Une affaire de retrouvailles

©2006 20 minutes

— 

Dimanche, Marseille et Valenciennes s'affronteront lors de la 14e journée de L1. Treize ans après leur dernière confrontation marquée par le sceau du scandale et de la corruption. Retour sur l'affaire VA-OM et ses suites.

Les faits Le 20 mai 1993, soit six jours avant la finale de Ligue des champions remportée par Marseille face au Milan AC (1-0), l'OM bat Valenciennes (0-1), lors de la 36e journée de D1. Le libéro nordiste Jacques Glassmann accuse le manager Jean-Pierre Bernès de tentative de corruption, et 250 000 francs (38 000 euros) sont retrouvés chez le Valenciennois Christophe Robert.

Les conséquences juridiques Mis en examen, les Olympiens Jean-Jacques Eydelie et Bernès ainsi que les Valenciennois Robert et Jorge Burruchaga verront leurs licences suspendues en septembre 1993. Le président phocéen Bernard Tapie suivra en 1994. Privé de son titre de champion de France 1993, l'OM est rétrogradé en D2. La tentative de corruption est avérée lors du procès l'année suivante. Des peines de prison avec sursis sont prononcées contre les principaux acteurs de l'affaire, à l'exception de Tapie qui écopera de huit mois fermes et trois ans d'inéligibilité.

Au plan sportif L'affaire a marqué un coup d'arrêt pour les deux clubs. Relégable au terme de la saison 1993, Valenciennes descend en D2 avant de plonger en National en 1994 puis d'être relégué en CFA pour raison administrative en 1995. Il faudra attendre 2006-2007 pour voir le VAFC retrouver l'élite. De son côté, Marseille est remonté en D1 dès 1996. Mais depuis, l'OM – rongé par les affaires qui se multiplient – n'a plus glané un seul trophée. Cette saison sera-t-elle celle de la résurrection pour les deux clubs ?

Sandrine Dominique