Euro des 19 ans: Francis Smerecki présente son équipe avant la finale

Avec AFP

— 

Le Lyonnais Yassine Benzia, attaquant de l'équipe de France des 19 ans, le 29 juillet 2013 contre l'Espagne en demi-finale de l'Euro en Lituanie.
Le Lyonnais Yassine Benzia, attaquant de l'équipe de France des 19 ans, le 29 juillet 2013 contre l'Espagne en demi-finale de l'Euro en Lituanie. — ALIUS KOROLIOVAS / AFP

«C'est d'abord une équipe, cohérente, disciplinée, et non pas des individualités», expose le sélectionneur Francis Smerecki. Après le sacre des U20, les Français peuvent tenter la passe de deux jeudi soir en finale de l’Euro des 19 ans, où ils affronteront la Serbie. L’ancien coach de Guingamp présente ses cadres.

Euro 19 ans: La finale France-Serbie est à suivre en live comme-à-la-maison à partir de 20h30

Gardien:

Quentin Beunardeau (Le Mans) - «Il apporte de la sécurité. Il commet rarement la grosse bévue. Il doit encore progresser en présence et dans le commandement de sa défense».

Défense:

Jordan Ikoko (PSG) – «Il monte en puissance sur ce championnat. Il a commencé petitement, et, contre l'Espagne il a sorti un gros match. Il a besoin d'être très bien physiquement pour s'exprimer».

Antoine Conte (PSG) – «Il s'exprime peu, on le voit peu. Mais c'est un joueur relativement complet. Il dégage de la sécurité. Il avait déjà marqué un but de 25 mètres avec nous. Et contre l'Espagne, en prolongation, il reprend cette balle dans la surface, comme un buteur».

Aymeric Laporte (Athletic Bilbao/Capitaine) – «Il est complémentaire avec Conte. Aymeric est dans l'anticipation, Conte est plus dur sur l'homme. Son expérience à Bilbao lui fait du bien».

Steven Moreira (Rennes) – «Il joue à un poste inhabituel en raison du départ de Benjamin Mendy (Marseille, blessé). Il joue normalement à droite et doit s'adapter ici à gauche. Ce garçon a fait de très gros progrès. Frédéric Antonetti (ex-coach de Rennes) lui a fait jouer trois matches en L1 en fin de saison. Il est rigoureux sur le plan défensif et a un beau pouvoir d'accélération».

Milieux de terrain:

Adrien Hunou (Rennes) - «C'est une des bonnes révélations de ce championnat. Il est très appliqué, adroit. Et il a une bonne patte quand il est devant le but.»

Larry Azouni (Marseille) – «C'est un de ceux qui ont le rôle le plus obscur au milieu. Mais sans lui on ne pourrait pas bâtir. C'est lui qui fait la sale besogne. Il est totalement au service de l'équipe. Il peut encore progresser à rendre les ballons plus proprement».

Corentin Jean (Troyes) – «Il est explosif en attaque. Il sait aussi défendre dans son couloir. Mais il est un peu handicapé, il lui manque une dizaine de jours de préparation. Je le sais parce que je le vois à Troyes, quand il est bien physiquement il est plus dangereux devant le but. Et lui c'est la génération 1995, donc il y a de la marge».

Adrien Rabiot (PSG) – «Ce joueur, la L1 l'a aidé. Il a gagné du temps par rapport aux autres. Mais il doit encore progresser dans la tenue de balle collective, il doit avoir encore plus de présence».

Attaquants:

Anthony Martial (Lyon) – «Lui, c'est le talent. Il peut devenir un joyau, mais pour cela il faut qu'il travaille. Quand il associera les deux, travail et talent, il avancera.»

Yassine Benzia (Lyon) – «Au même titre qu'Hunou, il a de bonnes dispositions dans l'état d'esprit. Il a fait le job. Il réalise un beau tournoi. Benjamin Mendy était l'ambianceur du groupe, mais là, pour la fête collective après l'Espagne, Benzia a bien pris le relais».