Basket : l'Asvel retrouve l'Europe par la petite porte

©2006 20 minutes

— 

Le constat est implacable. L'Asvel ne cesse de rétrograder dans la hiérarchie européenne. Contraint l'an dernier de participer à l'Uleb Cup après avoir brillé pendant huit saisons en Euroligue – avec à la clé un Final Four en 1997 et trois quarts de finale en 1999, 2000 et 2001 –, le club rhodanien doit se contenter cette année de la Fiba EuroCup, le 3e niveau continental. Une épreuve pour laquelle Yves Baratet nourrit des ambitions mesurées à l'heure où son équipe s'apprête à défier Limassol, ce soir (20 h 30) à l'Astroballe. « Faisons déjà en sorte de terminer parmi les deux premiers de notre poule afin de nous qualifier pour la seconde phase », annonce l'entraîneur villeurbannais.

Ses joueurs, qui ont perdu trois de leurs quatre derniers matchs de Pro A, n'auront déjà pas le droit à l'erreur face aux Chypriotes dès lors que la première place du groupe H semble promise à la Virtus Bologne, leader invaincu du championnat italien. « Il est difficile d'obtenir des informations de Limassol », déplorait dimanche le successeur de Claude Bergeaud, qui doit également composer avec les règlements de la fédération internationale. Ceux-ci imposent en effet que les clubs ne peuvent aligner que deux joueurs extra-communautaires. L'Asvel a donc sacrifié l'Américain Rich Melzer afin d'inscrire son compatriote Chevon Troutman et le Jamaïcain Rowan Barrett.

Stéphane Marteau