Sport

Amélie Mauresmo, l'ombre d'un doute

Numéro un mondiale et tenante du titre, Amélie Mauresmo ne partira pourtant pas favorite des Masters féminin de Madrid, qu'elle ouvrira ce soir (18 h) face à Nadia Petrova. Victorieuse de l'Open d'Australie et de Wimbledon cette année, la Française s...

Numéro un mondiale et tenante du titre, Amélie Mauresmo ne partira pourtant pas favorite des Masters féminin de Madrid, qu'elle ouvrira ce soir (18 h) face à Nadia Petrova. Victorieuse de l'Open d'Australie et de Wimbledon cette année, la Française se remet à peine d'une blessure à l'épaule contractée à Zurich, mi-octobre, et ne se voile pas la face sur son niveau actuel. « Cela fait quinze jours que je n'ai pas joué en compétition. Je serai peut-être un peu plus fraîche que les autres, mais il y a pas mal de réglages à faire. Je ne suis pas dans l'optique d'aller chercher le titre », admet Mauresmo, qui a effectué son premier entraînement dans la capitale espagnole dimanche matin.

Au coeur d'un plateau relevé avec la présence des huit meilleures joueuses du circuit, la première place mondiale sera le grand enjeu de ce final. « Je ne me fais guère d'illusions à ce sujet », reconnaît la Française qui, pour conserver son leadership, doit s'imposer à Madrid tout en espérant que ni Justine Henin-Hardenne ni Maria Sharapova ne passent la phase des poules. « Depuis cet été, Sharapova domine le circuit », confie Mauresmo, qui fait de la Russe sa favorite.

La championne de l'US Open, qui reste sur deux succès à Zurich et Linz, devra tout de même se méfier d'un groupe rouge à l'accent... russe. « Je me sens bien en ce moment. Mon jeu est solide, je joue intelligemment. Si je garde le rythme physiquement, j'ai toutes les raisons d'être confiante », assure Sharapova. Outre ses compatriotes Elena Dementieva et Svetlana Kuznetsova, elle aura également Kim Clijsters, lauréate ce week-end à Hasselt, dans son groupe. « Il n'y a de toute façon aucun match facile dans un tel événement », rappelle l'actuelle nº 2 mondiale.

Gaël Anger