Route du Rhum : les skippers affolent les compteurs

©2006 20 minutes

— 

Partis dimanche de Saint-Malo, les concurrents de la Route du Rhum foncent vers Pointe-à-Pitre à un rythme rarement atteint sur une transat en solitaire. Confortablement installé en tête des multicoques, Lionel Lemonchois (Gitana XI) était hier à moins de 2 000 milles de l'arrivée et affichait une moyenne supérieure à 20 noeuds (soit près de 37 km/h) lors des dernières vingt-quatre heures. « Je me sens à “donf” (...) On va bientôt toucher les alizés et quand tu es devant, c'est vachement motivant et excitant. Maintenant, il faut maintenir la cadence car les “petits cocos” derrière, ils ne mollissent pas », confiait hier le skipper bas-normand.

Lancés à ses trousses, Pascal Bidégorry (Banque-Populaire), Michel Desjoyeaux (Géant) et Thomas Coville (Sodeb'O) ne lâchent en effet rien. « Nous sommes dans la bagarre et tout ne fait que commencer (...) Pour l'instant, Lionel nous a dominés, bravo », expliquait Coville. Les concurrents sont tous d'accord sur un point, le record de la Route du Rhum détenu depuis 1998 par Laurent Bourgnon (douze jours) va voler en éclats. Selon les premières estimations, le vainqueur en multicoque pourrait arriver lundi ou mardi, soit entre huit et neuf jours après le départ. Cependant, la vitesse est telle qu'un accident est vite arrivé. Hier, Stève Ravussin, skipper suisse d'Orange Project, a heurté un conteneur et a dû s'arrêter aux Açores pour réparer. De son côté, Didier Levillain a déclenché sa balise de détresse après qu'une voie d'eau s'est déclarée.

Chez les monocoques, le rythme est également soutenu. Roland Jourdain (Sill et Veolia) et Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) se tiennent en quelques milles. « C'est à fond tout le temps, c'est un peu fatigant, mais on tient le choc ! », témoignait Roland Jourdain.

Jérôme Capton