Tour de France 2013: La crédibilité d'Astana dans la lutte contre le dopage

CYCLISME 20 Minutes vous propose un classement des équipes en fonction de leur crédibilité dans la lutte contre le dopage...

La rédaction sport

— 

Les coureurs de l'équipe Astana, le 4 avril 2013 lors d'un entraînement avant Paris-Roubaix.
Les coureurs de l'équipe Astana, le 4 avril 2013 lors d'un entraînement avant Paris-Roubaix. — M.Libert/Sipa

Astana (RS)

Note: * 

Passif des coureurs sous contrat 

Andrey Kashechkin: Contrôlé positif aux transfusions sanguines en août 2007, comme Vinokourov. Licencié par Astana dans la foulée, puis réembauché en 2011 par la même équipe. Il conteste la légitimité de l'UCI à effectuer des contrôles inopinés en invoquant la Convention européenne des droits de l'homme.

Assan Bazaev: Suspendu 15 jours par Astana en juin 2009 pour manquements à Adams.

Francesco Gavazzi : Mis en cause et entendu dans l’affaire de Mantoue en 2009 (affaire en cours).

Simone Ponzi: Mis en cause et entendu dans l’affaire de Mantoue en 2009 (affaire en cours). 

Passif du staff

Dmitriy Fofonov: Convaincu de dopage en 2008 chez Crédit Agricole à l’heptaminol et suspendu trois mois.
Alexandr Vinokourov: Positif aux transfusions sanguines et exclu du Tour de France 2007 puis licencié par Astana et suspendu un an par sa fédération. Faisait partie de l’équipe Astana exclue à la veille du Tour 2006 en raison de l’implication de Manolo Saiz dans l’affaire Puerto. Il a aussi reconnu travailler avec le docteur Ferrari en 2007.
Dimitry Sedoun: Il faisait partie du staff en 2007 quand Vinokourov est contrôlé positif sur le Tour de France.

Gorazd Stangelj: Contrôlé positif à l’éphédrine lors du championnat de Slovénie 2000.
Stefano Zanini: Suspendu 6 mois en juin 2002 pour avoir été pris avec des doses d’insuline dans ses bagages. Suspecté de dopage dans l’affaire du Blitz sur le Giro 2001. 

Attitude de l’équipe face au dopage 

Avant toute chose, il est utile de préciser qu’Astana naît en 2007 en reprenant en partie l'effectif de l'ancienne équipe Liberty Seguros, disparue à la suite de l’affaire Puerto. Dès sa création en 2007, l’équipe est d’ailleurs confrontée à des cas de dopage. Kessler et Mazzoleni, Kashechkin et surtout Vinokourov sont tous contrôlés positifs l’année du lancement de l’équipe. Les quatre coureurs ont été licenciés après contre-expertise. L’affaire Vinokourov pousse même les dirigeants d’Astana à s’auto-suspendre pendant un mois. L’équipe réembauche Vinokourov deux ans plus tard lors de son retour à la compétition. Elle tend de nouveau la main à un ancien dopé en 2011, Kashechkin. L’équipe est aussi accusée en 2009 d’être couverte pendant quelques années par l’UCI lors des contrôles inopinés. Une époque où Armstrong et Contador couraient sous ses couleurs. L’Espagnol, cité dans l’affaire Puerto, était d’ailleurs chez Astana lors de son contrôle positif au clenbuterol en 2010. 

Astana a fait la demande officielle d’intégrer le MPCC en 2012. «En tant que parties prenantes dans le cyclisme professionnel et dans la pleine connaissance de l’importance à démontrer publiquement notre volonté de prévenir le dopage, Pro Team Astana demande officiellement l’adhésion à Mouvement pour Un Cyclisme Crédible.» Un message signé Alexandre Vinokourov, manager général de l’équipe. L’équipe est membre, mais est dans une période probatoire, depuis février 2013.

Le classement:

5 étoiles

SojasunArgos-Shimano

4 étoiles

SkyOricaFDJ.frEuropcarCofidisGarmin

3 étoiles

VacansoleilLotto, AG2RCannondaleOmegaBelkinBMC

2 étoiles

EuskaltelMovistarRadioShackSaxo

1 étoile

LampreAstanaKatusha

Pourquoi un classement de crédibilité des équipes dans la lutte contre le dopage?

Retrouvez l'interview de Pierre Ballester, auteur de "Fin de cycles, autopsie d'un système corrompu"