Jalabert positif à l'EPO en 1998 ?

— 

Jamais contrôlé positif durant sa carrière, Laurent Jalabert aurait eu recours à l'EPO lors du Tour 1998, rapporte L'Equipe. L'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) aurait mené en 2004 des contrôles rétroactifs et anonymes sur des échantillons d'urine. Mais la commission d'enquête sénatoriale, devant laquelle il est passé il y a quelques semaines, aurait fait le lien entre un échantillon positif à l'EPO et le nom de Laurent Jalabert. En 1998, année de l'affaire Festina et de la victoire de Marco Pantani, la substance dopante n'était pas encore détectable.

Interrogé par RTL, dont il est consultant, l'ex-coureur de la Once a avoué « être tombé de l'armoire » quand il a appris la nouvelle. « Je ne mets pas en doute ce qui est dit, je n'ai pas pu consulter de preuves, ni d'informations par rapport à ce qui est avancé, a-t-il expliqué. J'ai toujours fait confiance au staff médical de mes équipes, jamais travaillé avec des médecins extérieurs. Après, il était difficile de savoir ce qui m'était administré. »