Des Suédoises décontractées

A Lille, François Launay

— 

Sur le parquet du Palais Saint-Sauveur de Lille, la sarabande des filles en jaune n'en finit plus. Victorieuses dans la douleur de la Slovaquie (75-72), les Suédoises ont gagné plus qu'un match. Absentes de l'Euro depuis vingt-six ans, les Scandinaves sont en train de rattraper le temps perdu.

«On n'a aucune pression»


Pour la première fois de leur histoire, la Suède participera jeudi aux quarts de finale de la compétition. «C'est un grand jour pour le basket suédois. On peut en être fier», se félicite Lars Johansson, le coach du futur adversaire de l'équipe de France. Qui n'a rien à envier aux vice-championnes olympiques en termes d'engouement populaire. «Les audiences augmentent de match en match. Les rencontres sont très suivies en Suède», explique Malin Wahlberg, journaliste du quotidien suédois Aftonbladet. Mais si elles ont le même succès médiatique, les Suédoises sont encore loin du niveau de jeu des Françaises. Hormis Frida Eldebrink, la star de l'équipe qui évolue à Bourges, personne ne peut soutenir la comparaison avec les Dumerc, Gruda ou encore Gomis. «Affronter la France qui est favorite, joue à domicile et a un effectif complet est très intéressant», sourit Johansson. Sur le papier, la montagne semble vraiment infranchissable. Même si Elisabeth Egnell, l'ailière suédoise, garde des raisons d'espérer : «Contrairement à elles, on n'a aucune pression. On pourra jouer de façon détendue et se concentrer sur notre basket.» Même son de cloche chez Lars Johansson. «Quand tout le monde vous attend pour la victoire finale, ce n'est jamais très facile à assumer», conclut un coach suédois, qui rêve déjà de jouer les trouble-fête jeudi sur le parquet d'Orchies.

■ Les « Braqueuses » sont dans le Nord

L'équipe de France de basket a pris ses quartiers dans le Nord-Pas-de-Calais. Arrivées lundi en début d'après-midi à Lille, les Bleues se sont installées dans un grand hôtel de Lesquin avant d'aller s'entraîner au Creps de Wattignies. Aujourd'hui, les filles de Pierre Vincent se rendront en fin d'après-midi à Orchies pour un entraînement sur le parquet de la Pubeco Pévèle Arena, qui va accueillir à partir de mercredi la phase finale de l'Euro.