Football (L1) : vieilles gloires au bord du désespoir

©2006 20 minutes

— 

Duel entre deux monstres sacrés de la L1 aux relents de L2. Nantes, la lanterne rouge, et Monaco (19e), s'affronteront demain soir, 20 h, à la Beaujoire, à l'occasion de la 11e journée de L1, avec en toile de fond l'avanie de la relégation. Ces deux clubs pèsent, à eux deux, quinze titres de champion de France [8 pour Nantes et 7 pour Monaco] et huit Coupes de France [3 pour Nantes et 5 pour Monaco]. « Deux chefs-d'oeuvre en péril, résume sans fard Guy Roux, l'ex-entraîneur auxerrois. »

A quelques heures du match, l'entraîneur Georges Eo n'y va pas par quatre chemins. « Celui qui perd, estime-t-il, moralement, il va prendre un bon coup derrière la tête. Je pense que l'équipe qui aura le moins peur gagnera. » Une angoisse par ailleurs amplifiée par le programme démentiel qui attend les coéquipiers de Mamadou Diallo. En novembre, ils se déplaceront à Sedan (16e) et à Lens (7e) et accueilleront le PSG (13e) et Saint-Etienne (6e). « Ce n'est pas le moment de perdre des points et du terrain sur les équipes classées au-dessus de nous ! », concède le défenseur central Loïc Guillon, qui devrait être remplacé dans l'axe par l'Haïtien Jean-Jacques Pierre.

Outre les absences du gardien de but Tony Heurtebis (lire encadré) et de l'attaquant Claudiu Keserü (fracture du nez), Georges Eo disposera de l'intégralité de son effectif. Les défenseurs Mauro Cetto (problème musculaire) et Franck Signorino (entorse à la cheville droite), incertains jusque-là, font partie du groupe parti au vert hier soir.

David Phelippeau

Le portier Tony Heurtebis, victime de troubles neurologiques après avoir reçu un ballon à la tête, mercredi, est arrêté pour un mois minimum. Vladimir Stojkovic, en CFA depuis quelques matchs, le remplace dans le groupe.