Italie : les clubs pénalisés s'en sortent bien

©2006 20 minutes

— 

Le milieu de terrain international italien Mauro Camoranesi ne veut pas rester à la Juventus Turin, reléguée en 2e division italienne de football suite au scandale du calcio, et voudrait partir à l'Olympique Lyonnais (L1), a affirmé mercredi l'agent du joueur.
Le milieu de terrain international italien Mauro Camoranesi ne veut pas rester à la Juventus Turin, reléguée en 2e division italienne de football suite au scandale du calcio, et voudrait partir à l'Olympique Lyonnais (L1), a affirmé mercredi l'agent du joueur. — Carlo Baroncini AFP/Archives

Sanctionnés dans l'affaire des matchs truqués du championnat d'Italie, le Milan AC, la Juventus Turin, la Fiorentina, la Lazio Rome et la Reggina se retrouveront-ils tous la saison prochaine en Serie A ? Alors que le verdict des différents appels sera rendu lundi, les pénalités infligées en première instance semblent avoir transcendé les équipes concernées. Seul club à avoir été relégué, la Juventus Turin est repassée dans le positif grâce à six victoires en sept matchs. Les Turinois, qui espèrent voir leur pénalité réduite de 6 points par le Coni (Comité olympique Italien), ne seraient virtuellement plus qu'à 5 points des places synonymes de remontée en Serie A.

Parmi l'élite, les pénalités de points ont débouché sur quelques situations cocasses. Avec cinq victoires en huit rencontres, la Fiorentina compte désormais -4 points, un total lui permettant de partager la dernière place avec la Reggina ! « Progressivement, nous nous approchons de zéro, se félicite le gardien français de la Viola Sébastien Frey. Pour nous comme pour les supporteurs, se maintenir en débutant la saison avec 19 points de moins que les autres, ce serait comme gagner le titre une autre année. » Pour le Milan AC, qui avait promis d'effacer son déficit de 8 points et de revenir sur l'Inter à la trêve hivernale, la situation s'annonce plus compliquée que prévue. « On a beaucoup donné dès le début de saison pour effacer nos points de retard et on l'a payé au premier relâchement », estime Marek Jankulovski. Face à ces difficultés et aux 11 longueurs de retard sur l'Inter Milan, le milieu de terrain des Rossoneri semble avoir trouvé une solution provisoire. « Vu les circonstances, je préfère ne pas regarder le classement. Voir le Milan AC en 12e position ne veut rien dire. »

Gaël Anger