«Respecter la dignité des coureurs»

©2006 20 minutes

— 

Interview d'Oscar Pereiro, deuxième du Tour 2006.

Que vous inspire le tracé du Tour 2007 ?

Le parcours ne m'a pas l'air plus dur que les années précédentes. Les Pyrénées seront plus difficiles à franchir que les Alpes, avec des cols comme le Port de Pailhères, ou le Plateau de Beille... Et il faudra bien sûr parfaitement négocier le chrono avant les Pyrénées.

Floyd Landis accusé de dopage, vous devriez bientôt être déclaré vainqueur sur tapis vert de l'édition 2006...

Dans tous les palmarès, c'est encore Landis le vainqueur, non ? Pour l'instant, je ne suis que le deuxième. J'espère que cela va changer, mais toutes ces histoires, ce n'est pas bon pour notre sport.

Le Tour a encore mis l'accent sur la lutte contre le dopage, à l'heure où Ullrich et Basso vont être blanchis...

Ce discours me paraît normal. Tout le monde, coureurs compris, veut un sport propre. Mais il faut aussi respecter la dignité des coureurs. Si la justice espagnole dit qu'il n'y a pas de charges contre Ullrich ou Basso, ces coureurs peuvent nous rejoindre à nouveau. Il y a peut-être eu trop de précipitation avant le Tour 2006.

Comment allez-vous gérer la collaboration avec votre nouveau coéquipier dans l'équipe Caisse d'Epargne, Alejandro Valverde ?

Nous sommes deux coureurs différents dans l'approche de la course, mais nous sommes amis avant tout. L'important, c'est l'équipe. La course décidera, le plus fort sera devant.

Recueilli par S. Bordas