Handball: Olivier Krumbholz, un limogeage qui surprend

Romain Baheux

— 

Olivier Krumbholz à l'Euro féminin de handball en décembre 2012.
Olivier Krumbholz à l'Euro féminin de handball en décembre 2012. — ANDREJ ISAKOVIC / AFP

Dimanche, il qualifiait son équipe pour les championnats du monde grâce à une victoire en Croatie. Deux jours plus tard, Olivier Krumbholz était limogé de son poste de sélectionneur de l’équipe de France féminine de handball, au profit du désormais ex-entraîneur de la sélection masculine tunisienne, le Français Alain Portes. Touché, le technicien est écarté après quinze ans à la tête des Bleues marqués par un titre mondial en 2003 et trois finales planétaires en 1999, 2009 et 2011. Une décision qui suscite des interrogations.

Pourquoi l’avoir limogé?

En difficulté pour se qualifier pour les Mondiaux 2013, Olivier Krumbholz paie surtout sa mauvaise année 2012 avec un Euro terminé à la neuvième place et surtout des Jeux olympiques de Londres achevés sans médaille, comme les trois autres de son mandat. La principale tache de son bilan, selon ses dirigeants. «On a observé des lacunes sur les quatre expériences olympiques. Il nous fallait amener quelque chose de plus avec l’un des meilleurs techniciens du monde», souligne le directeur technique national Philippe Bana. Réputé pour son caractère difficile, Olivier Krumbholz s’était également brouillé avec certains cadres de son équipe lors du dernier Euro. Son successeur Alain Portes aura la mission d’amener les Bleues sur le podium aux JO de Rio en 2016.

Pourquoi maintenant?

Peut-on limoger un entraîneur qui vient de qualifier la sélection nationale pour un championnat du monde? «C’est néfaste et catastrophique pour l’équipe de France», lance le technicien déchu. «Il n’y a rien à lui reprocher», renchérit l’une de ses joueuses Alexandra Lacrabère, contactée par lequipe.fr. «On s’est qualifié parmi les vingt-quatre meilleures nations mondiales. On veut plus pour cette équipe», assume Philippe Bana.

Si les échecs successifs aux JO sont la principale raison de sa mise à l’écart, pourquoi ne pas l’avoir viré après le revers londonien? «On s’est vus après toutes les compétitions, explique le DTN. La temporalité est complexe mais chaque moment d’évaluation nous a conduits à cette décision.» «J’ai pensé qu’il fallait laisser Olivier qualifier cette équipe pour le Mondial», poursuit le président de la fédération française de handball, Joël Delplanque. L’indisponibilité d’Alain Portes, engagé avec la Tunisie lors des Mondiaux en janvier, pourrait aussi avoir incité les dirigeants tricolores à jouer la montre.

Quel avenir pour Krumbholz?

Pour l’instant, le désormais ex-sélectionneur tricolore, «sous le choc», veut prendre du recul jusqu’en juillet. Il a entre les mains une proposition de reconversion au sein de la fédération pour préparer le Mondial 2017 masculin en France et aider la candidature française à l’organisation de l’Euro féminin 2018. Autre possibilité: une reconversion dans la formation. «Il a montré de l’intérêt pour cette option», assure Delplanque. Krumbholz pourrait toutefois choisir de partir entraîner un club ou rejoindre une autre sélection. Et tourner définitivement la page tricolore.