Rugby : le Stade Français attend les Ospreys de pied ferme

©2006 20 minutes

— 

En réunissant Paris et Neath-Swansea dans la même poule de Heineken Cup, le sort a joué un vilain tour au club de la capitale. Si le Stade Français n'avait pas aidé sa cause en laissant filer un succès qui lui tendait les bras à Leicester, c'est bien au pays de Galles, lors de la première journée, que les joueurs de Fabien Galthié avaient laissé échapper leur qualification pour les quarts de finale la saison passée.

« On avait constamment dominé, sans pouvoir marquer. Et on avait perdu Julien Arias et Stéphane Glas sur blessure », rappelle l'entraîneur stadiste. Max Guazzini est encore plus vindicatif. « Nous ne ressentons pas une sympathie particulière pour cette équipe des Ospreys, pour des raisons que je préfère ne pas évoquer, assure le président parisien. Je me souviens notamment que nous avions été très mal reçus l'année dernière. » Les Gallois sont donc attendus de pied ferme, après-demain à Jean-Bouin. « Ils ont battu Sale, ils comptent la moitié de l'équipe nationale, il faudra plus que jamais les prendre au sérieux », conclut David Auradou, capitaine d'un Stade Français qui rumine sa revanche.