Judo : Abdellatif a une vie après les tatamis

©2006 20 minutes

— 

Si la fin de carrière d'un athlète correspond souvent à une petite mort, la judokate Amina Abdellatif a décidé de l'aborder dans un environnement familier. Car à 33 ans, celle qui a été fidèle toute sa carrière au club de Peugeot Mulhouse est depuis plusieurs semaines en poste à Strasbourg, en qualité de « sportive de haut niveau en reconversion ». Une suite logique pour la championne de France et médaillée de bronze européenne en 2002 (moins de 70 kg), qui s'est rangée des tatamis depuis août 2005 et une grave blessure au genou. « Après le BE1 et le BE2, je me consacre à une formation pour le professorat de sport. Mon but est de devenir conseillère technique régional, un poste vacant en Alsace, explique Adbellatif. J'interviens sur le pôle espoirs du Creps de Strasbourg. En fait, je me sens bien au sein de la Ligue et tout s'est enchaîné sans que j'ai vraiment à y réfléchir. »

Le ton ne fleure pas la nostalgie que son palmarès, éloquent, pourrait inspirer. Quelques images suffisent à édulcorer l'amertume d'avoir tourné la page compétition, contrainte et forcée. « Pour moi, le sommet a été ma victoire au tournoi de Paris en 2004, se contente-t-elle de rappeler, avant de vanter la qualité du vivier alsacien. En installant l'un des quatre pôles France à Strasbourg, la Fédération a indiqué qu'elle apprécie la qualité du travail réalisé ici. » Et avec l'intégration de la jeune retraitée parmi les cadres techniques, il n'y a aucune raison pour que ça s'arrête.

François Namur