Vincent Riou : «Je veux d'abord arriver de l'autre côté»

©2006 20 minutes

— 

Le dimanche 29 octobre à 13h02, ils seront 74 au départ. Mais seuls douze marins, tous des hommes, partiront avec une chance sérieuse d'emporter la victoire: les douze concurrents de la catégorie ORMA (Ocean Race Multihull Association), celle des grands trimarans de 60 pieds (18,28 m).
Le dimanche 29 octobre à 13h02, ils seront 74 au départ. Mais seuls douze marins, tous des hommes, partiront avec une chance sérieuse d'emporter la victoire: les douze concurrents de la catégorie ORMA (Ocean Race Multihull Association), celle des grands trimarans de 60 pieds (18,28 m). — AFP

Interview de Vincent Riou, skipper de PRB.

Votre préparation a été très courte pour la Route du Rhum, qui débute dimanche à Saint-Malo. Votre nouveau PRB n'a en effet été mis à l'eau que le 6 septembre...

Oui, on a fait ce que l'on a pu. Dès le départ, je savais qu'on allait être court en termes de timing pour cette Route du Rhum et qu'il allait être difficile de tirer tout le potentiel du bateau. Mais PRB et moi, nous voulions qu'il y ait une continuité dans notre programme. Et sur les premiers essais, j'ai eu de bonnes sensations.

Pourquoi changer l'ancien PRB, qui avait gagné deux Vendée Globe ?

L'ancien n'avait plus le niveau sur le plan des performances. Je voulais une évolution du bateau pour qu'il soit plus rapide que la concurrence. Pour cette Route du Rhum, je veux d'abord arriver de l'autre côté [à Pointe-à-Pitre ]. Et, si j'y arrive, je ne devrais pas être mal. Mais ce sera surtout un test grandeur nature pour avancer vers mon objectif principal : le Vendée Globe 2008. Cependant, je suis un compétiteur. S'il y a une possibilité de gagner, je ne vais pas hésiter.

D'autant que vous faites partie des favoris...

Je ne suis qu'un favori entre guillemets, Jean Le Cam l'est beaucoup plus que moi. Mon bateau navigue depuis un mois, le sien est beaucoup plus mature, il navigue dessus depuis 2004. Il est en face de moi sur le ponton de Saint-Malo et je le sens très en forme.

Pourquoi préférez-vous naviguer en solitaire ?

La solitaire, c'est un format de course que j'aime bien. Il y a cette notion d'autonomie. Quand on réussit quelque chose de bien, on ne doit rien à personne. Et quand on se trompe, on doit assumer.

Recueilli par Jérôme Capton