Gasquet, heureux dans le silence

Antoine Maes

— 

Richard Gasquet n'est pas vraiment le genre d'hommes à traîner sur les réseaux sociaux. «J'évite d'y aller. Souvent, il y a des choses écrites qui ne sont pas très gentilles et qui ne font pas plaisir à lire», explique le Français, qui tentera de se qualifier pour les quarts de finale contre le Suisse Stanislas Wawrinka, ce lundi. Pourtant, cette année, Twitter a produit un groupe de soutien qui monte tout doucement en puissance : #Richard2013. Ses membres le voient gagner cette année Porte d'Auteuil.

«C'est sympa, ça me fait plaisir. Je remercie tous les gens qui disent ça, je vais essayer», avance prudemment le Biterrois. Pour le moment, Gasquet a fait assez peu parler de lui, loin des exploits de Gaël Monfils, loin de la force tranquille de Tsonga. A égalité avec Gilles Simon dans le concert médiatique, ce qui est assez révélateur, Gasquet ne fait pas de bruit. Lui assure que «ça ne change rien».

A force de ne pas remplir complètement les attentes placées en lui, l'élève de Ricardo Piatti et Sébastien Grosjean a fini par avoir la paix. «Je crois que c'est un rôle qui lui convient bien, il n'aime pas avoir trop de pression. La confiance est présente, et ça se voit», confirme Guy Forget. Le souci, c'est que tout le monde ne le voit pas encore. «Il n'a pas encore totalement la reconnaissance du public. Le public, après avoir rêvé avec lui, s'est détaché de lui, il y a eu du désamour. Aujourd'hui, les résultats viennent, et le public est en retard», assure Patrice Dominguez, consultant pour RMC.

L'arrivée du Gasquet nouveau ne lui a pas échappé. «Il a enlevé sa casquette il y a deux ans, il a redressé le torse… Il a tué le Gasquet qui se cachait. Aujourd'hui, il s'assume.» Ce qui fait de l'affrontement avec le n° 2 suisse un rendez-vous immanquable dans la carrière de l'ex-futur espoir-français-qui-devait-tout-gagner. «C'est le match le plus important de la carrière de Richard, poursuit Dominguez. Est-ce qu'il va aller chercher le public ? On commence à se réconcilier avec lui. Mais en France, la reconnaissance, on ne l'a qu'en gagnant un énorme match sur le Central ou en Coupe Davis