Avec «Schumi», Ferrari retrouve les sommets

©2006 20 minutes

— 

Lorsque Schumacher a signé chez Ferrari en 1996, certains évoquaient un suicide sportif. Dix ans plus tard, l'Allemand quitte une écurie redevenue une référence. « Gagner un troisième titre mondial ne m'intéresse pas, c'est le gagner au volant d'une Ferrari qui m'intéresse », justifiait-il en rejoignant une équipe qui n'avait plus gagné un titre des pilotes depuis Jody Scheckter (1979) et celui des constructeurs depuis 1983.

Sous la férule de Jean Todt, Michael Schumacher a redonné de la fierté (six titres consécutifs) à une formation dévouée corps et âme à son champion. « Michael a été l'auteur d'un chapitre unique dans l'histoire de la F1 et de Ferrari en particulier. Ce qu'il a accompli dépasse les résultats obtenus », reconnaît Todt. Mais sans Schumacher, l'avenir de la la Scuderia paraît moins serein. La rumeur d'un départ du manager Ross Brawn chez un adversaire circule. Quant à Jean Todt, il n'a pas encore révélé ses intentions pour 2007.