Football (L1) : les Girondins ne savent plus voyager

©2006 20 minutes

— 

Le bilan est éloquent. Avec quatre défaites en cinq déplacements, la dernière en date subie samedi à Sochaux lors de la 10e journée de L1 (2-1), les Bordelais prouvent qu'ils ont du mal à exister loin de Chaban-Delmas. Privés de Johan Micoud (adducteurs) et de Jean-Claude Darcheville (laissé au repos), les hommes de Ricardo ont été dépassés par les événements, malgré la réduction du score par Pierre Ducasse sur penalty en fin de match.

« C'est la pire première mi-temps de la saison. On n'a pas joué, on ne s'est pas procuré une seule occasion », pestait Ricardo, qui a dû modifier son organisation de départ, passant du 4-4-2 au 4-3-2-1. « Ça a rééquilibré beaucoup de choses car on n'avait pas su réagir après le premier but », remarquait le milieu défensif Rio Mavuba. Pour autant, les occasions franches n'ont pas été beaucoup plus nombreuses.

Toujours est-il qu'après le revers contre Liverpool mercredi dernier en Ligue des champions (0-1), les défaites s'accumulent et l'équilibre des Girondins semble de plus en plus fragile. Au classement, les joueurs de Ricardo glissent de quatre places et se retrouvent neuvièmes. Pire, les séquelles psychologiques pourraient être plus graves que prévu. Pour preuve, l'attitude du président, Jean-Louis Triaud. Mercredi, après le match contre Liverpool, le président girondin expliquait ne « rien reprocher à des joueurs qui se sont donnés à fond ». Samedi, dans le Doubs, changement de ton : il les fustigeait, évoquant même « un aimable décrassage en première période ». Le huitième de finale de Coupe de la Ligue, mercredi à Auxerre, aura donc valeur de test.

S.Deschamps