Johan Micoud : «On apprend encore à se connaître»

©2006 20 minutes

— 

Johan Micoud, meneur de jeu des Marine et Blanc.

Avec deux défaites en trois matchs, existe-t-il encore un espoir pour les Girondins en Ligue des champions ?

Mathématiquement, ce n'est pas fini même si c'est très compromis. Il reste trois matchs, on n'a plus rien à perdre. On va les jouer à fond et essayer de faire un bon résultat à Liverpool [le 31 octobre]. En début de saison, la plupart de l'équipe découvrait la Ligue des champions. L'objectif n'était pas de la gagner.

Eprouvez-vous des regrets ?

J'éprouve beaucoup de frustrations. Sur les trois rencontres jouées, on a eu des opportunités sans pouvoir les concrétiser. Il nous manque l'expérience de ce genre d'événements. Ça fait seulement trois mois qu'on est ensemble, l'équipe continue d'apprendre. Ce genre de match va nous faire énormément progresser.

Pensez-vous que l'on attend trop de vous ?

On me colle une image que je n'ai pas. Je ne suis pas quelqu'un qui communique beaucoup. On me juge sur le paraître, on me trouve hautain. Or moi, je juge les personnes par rapport à ce qu'elles ont à l'intérieur. Arrêtons de parler de moi. L'important, c'est le groupe.

Comment jugez-vous le nouveau système en 4-4-2 mis en place par Ricardo ?

C'est celui où je me sens le mieux car l'équipe a davantage de poids offensivement. On doit continuer dans cette direction et ne pas adopter un système à la maison et un autre à l'extérieur. C'est typiquement français ça ! Quand j'étais à Brême, je jouais de la même façon contre Barcelone que face à Cottbus.

Recueilli par Stéphane Deschamps

Contre Liverpool, les Girondins ont tiré dix-huit fois au but pour un seul tir cadré de Fernando. C'est l'une des explications sur l'indigence girondine dans cette compétition.