Ligue des champions : les petites équipes à la peine

©2006 20 minutes

— 

Après la fin de la phase aller des poules, plusieurs équipes (Lyon, Manchester United, Chelsea, Valence et le Bayern Munich) sont quasiment qualifiées pour les 8es de finale. D'autres, comme le Dynamo Kiev ou le Levski Sofia, n'ont toujours pas marqué le moindre point. « Nous savons très bien que les équipes que nous affrontons ne viennent pas de la même planète, mais nous jouons le jeu à fond », explique Stanimir Stoilov. L'entraîneur du Levski Sofia, tombé dans un groupe relevé où figurent Barcelone, Brême et Chelsea, a déjà vu son équipe concéder 10 buts en trois rencontres. Du côté du Shakthar Donetsk – un point seulement au compteur – le constat d'infériorité ressemble à un cercle vicieux. « Les matchs ne se jouent pas à grand-chose, mais il nous manque forcément l'expérience des clubs qui la jouent chaque année », observe Mircea Lucescu, l'entraîneur roumain du club ukrainien. Participant surprise de cette compétition, le FC Copenhague, dernier de son groupe avec un point, ne s'est fixé aucun objectif. « Nous avons une chance sur quinze de gagner un match de Ligue des champions. Le problème est qu'on risque de n'en disputer que six », résume finalement Stale Solbakken, l'entraîneur du club danois.

Gaël Anger

Seule équipe de l'ex-bloc de l'Est à rester en course pour les 8es de finale, le CSKA Moscou compte bien jouer les trouble-fêtes jusqu'au bout. « Nous jouons notre meilleur football en Ligue des champions », souligne l'entraîneur Valeriy Gazzaev.