Contre le Bayern, le miracle sera-t-il possible pour Barcelone?

Avec Reuters

— 

L'Argentin de Barcelone Lionel Messi, le 23 avril 2013, à Munich contre le Bayern.
L'Argentin de Barcelone Lionel Messi, le 23 avril 2013, à Munich contre le Bayern. — PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP

Terrassé 4-0 par le Bayern Munich à l'Allianz Arena, le FC Barcelone a accusé le coup mardi soir au point d'envisager avec pessimisme ses chances de qualification pour la finale de la Ligue des champions. Les Catalans n'avaient plus connu une telle déroute depuis une défaite en 2007 contre Getafe en Coupe du Roi et il faut remonter à novembre 1997 pour retrouver la trace d'un 4-0 en coupe d'Europe, infligé à l'époque par le Dynamo Kiev.

Le Barça, sacré notamment en 2009 et en 2011, devra maintenant inscrire au moins quatre buts lors du match retour au Camp Nou, le 1er mai, pour espérer arracher son billet pour la finale. «Les miracles, c'est très difficiles», a reconnu Jordi Roura, l'entraîneur adjoint du club catalan, lors d'une conférence de presse après le match.

«4-0, c'est un résultat très difficile à inverser, mais nous avons le devoir de nous battre jusqu'à la fin et c'est ce que nous allons faire», a-t-il promis aux journalistes présents à Munich. «Le Bayern a disputé un grand match tandis que nous avons manqué de cette fraîcheur qui nous aurait permis de rivaliser. C'est quelque chose sur lequel nous devons travailler», a-t-il ajouté, cité cette fois-ci par le site internet de l'UEFA.

Alves: «Nous allons essayer quand même»

«Nous n'avons pas connu de situations qui auraient pu nous permettre de changer les choses après la pause», a poursuivi le technicien qui a reconnu la supériorité des Bavarois. «Il faut féliciter le Bayern. Ils ont été très forts. C'est une équipe très athlétique.»

A l'image de ses coéquipiers, Lionel Messi, déclaré apte à jouer par les médecins, est resté assez transparent pendant la rencontre. Lui aussi a estimé que la défaite était méritée au regard du scénario de la rencontre. «Ils ont été beaucoup plus forts que nous, physiquement surtout», a analysé le quadruple Ballon d'or qui traînait depuis début avril une douleur à la cuisse droite.

«C'est vraiment dommage mais il faut persévérer (...) Nous devons élever notre niveau de jeu pour la deuxième manche et pour le championnat. Nous allons essayer de rebondir.» «A l'évidence, ce sera très difficile, mais nous allons quand même essayer», a résumé le défenseur Dani Alves, l'un des seuls Barcelonais capable de porter le danger dans le camp bavarois mardi soir.