Sport

Football : Santos veut retrouver sa place

Sept minutes contre Lorient (0-0) puis une mi-temps à Marseille (3-0). Après huit journées de L1, le temps de jeu de Santos est famélique. A sa décharge, l'attaquant d'origine brésilienne, mais international tunisien, revient d'une indisponibilité de...

Sept minutes contre Lorient (0-0) puis une mi-temps à Marseille (3-0). Après huit journées de L1, le temps de jeu de Santos est famélique. A sa décharge, l'attaquant d'origine brésilienne, mais international tunisien, revient d'une indisponibilité de plusieurs mois. Blessé le 7 juin avec sa sélection, lors d'un match de préparation au Mondial, l'ex-Sochalien de 27 ans a été victime d'un diagnostic erroné. Les médecins toulousains constateront qu'il souffre d'une rupture d'un tendon derrière le genou droit. Le staff médical tunisien avait cru déceler un problème musculaire à la cuisse. « J'ai très mal vécu cette période, confesse Santos. Je n'ai joué que dix minutes d'une Coupe du monde qui était un rêve de gosse pour moi. Et quand je suis revenu de vacances, je ne savais pas de quoi je souffrais. »

Ce malencontreux épisode n'a pas fait remonter la cote d'un joueur dont le TFC aurait aimé se débarrasser cet été, un an à peine après son arrivée. « J'ai toujours voulu rester, assure le petit attaquant (1,72 m) aux 90 buts en 226 matchs de L1. Il me reste deux ans de contrat, on ne pouvait pas me pousser vers la sortie. Ma famille se plaît à Toulouse et je suis bien dans un club qui grandit. » Désireux de revenir à son meilleur niveau – et de prouver qu'il ne privilégie par la Tunisie au TFC, comme le soupçonne le président Sadran – Santos a refusé sa sélection contre le Soudan, samedi. « Je n'étais pas prêt, lâche-t-il. Ici, on a fait un gros travail physique, ainsi qu'un match amical intéressant contre Osasuna (0-0, vendredi à Pampelune). » Reste maintenant à convaincre Elie Baup de lui faire confiance, alors que le Suédois Johan Elmander a su s'imposer à la pointe de l'attaque toulousaine. « C'est au coach de décider, explique Santos. Mais tant que l'équipe marche, il ne va pas la changer. »

N. Stival