Rugby (Pro D2) : le départ en fanfare de l’Union bordelaise

©2006 20 minutes

— 

Il suffisait d'une bonne claque pour les faire réagir. Battue par Béziers lors de la 1re journée de Pro D2 (30-12), l'Union Stade Bordelais-CABBG s'est ensuite repris en dominant Dax (24-17) et Toulon (12-0) à la maison puis Tarbes (12-15) à l'extérieur. Si la plupart des entraîneurs de Pro D2 les voyaient lutter pour le maintien, leur 7e place après cinq journées n'a rien d'usurpée. « On a 13 points, on est content de ce qui se passe, explique Patrick Laporte, co- entraîneur en charge des trois-quarts. Le groupe s'est vite mis en place même si nos prestations en matchs amicaux laissaient craindre le pire. »

Au club depuis trois ans, le pilier Yannick Lacrouts a bien senti cette mutation. « On pensait davantage “morfler” face aux grosses cylindrées, mais on a bien réagi. Finalement, jouer contre des équipes aux budgets plus élevés nous a transcendés », lâche-t-il. Et l'Union, née cet été, a bien aidé les choses. « Les Béglais qui ont intégré le groupe ont apporté leur expérience. En plus, ils ont dû se plier à nos rites : le “Cagoulin” [une mascotte destinée à celui qui a effectué la plus belle bourde] et la “Galtouze” [un repas où chaque joueur apporte un plat concocté par lui-même]. » Dans ce groupe où l'ambiance est excellente, les individualités restent en retrait par rapport à la réussite collective même si le 2e ligne Juan Pablo Lagarigue, l'arrière Gaël Arandiga, l'ouvreur Julien Lavie ou le demi de mêlée Jérémy Bertin ne sont pas étrangers à cet excellent début de saison, à confirmer dès samedi contre Limoges.

Stéphane Deschamps