Barcelone-PSG : Contre le Barça, Paris a gagné le respect de l'Europe

Julien Laloye
— 
Les Parisiens ont longtemps fait trembler le Barça, le 10 avril 2013 au Camp Nou.
Les Parisiens ont longtemps fait trembler le Barça, le 10 avril 2013 au Camp Nou. — E.Morenatti/SIPA

De notre envoyé spécial à Barcelone (Espagne)

Un par un, ils se sont arrêtés devant les micros pour répéter la même chose à un ou deux mots près. «Merci Messi » et «Qu’est-ce qu’on a souffert». Les joueurs catalans ne sont pas bêtes, ils ont ressenti la même impression que les spectateurs du Camp Nou. Celle de s’être faits marcher dessus comme rarement chez eux par le PSG. David Villa le premier, presque KO debout malgré la qualification du Barça. «On a beaucoup, beaucoup souffert. Les contre-attaques du PSG nous ont fait un mal fou. On a fait un très mauvais match, perdu trop de ballons contre une équipe qui attaque à la perfection».

>> Le match à revivre en live comme à la maison

Jordi Roura, l’adjoint de Vilanova, a même poussé l’hommage un peu plus loin : «C’est vrai que le PSG a été capable de se construire grâce à l’argent. Mais ce n'est pas tout, ça ne donne qu'une possibilité. S'il continue comme ça, il va devenir l'une des plus grandes équipes d'Europe. Si ce n'est pas déjà le cas.» En Catalogne, le PSG a en effet gagné plus important qu’une place dans le dernier carré de C1. Il a gagné le respect de l’Europe, sans lequel il est compliqué d’envisager un jour de gagner la Ligue des champions. Déjà au match aller, les hommes de Carlo Ancelotti avaient agréablement surpris, mais cette fois ils ont carrément été bluffants, et tout l’état-major du club a tenu à venir le répéter en zone mixte.

Nasser Al-Khelaïfi n’avait pas encore eu le Qatar au téléphone avant de s’adresser aux journalistes, mais le président parisien était fier comme un coq. «L’équipe a joué un match fantastique ici au Camp Nou. Nous avons perdu un seul match en Ligue des champions, c’est une grande performance Nous sortons donc de la compétition la tête haute. Est-ce qu’on va la gagner un jour ? C’est difficile à dire… Mais nous espérons y arriver dans les cinq ans, c’est notre objectif.» Leonardo, de son côté, aurait pu ressortir sa tirade sur le PSG fait pour l’Europe, mais le directeur sportif du club a eu le succès modeste: «Faire trembler le Barça comme on l’a fait..Ils ont eu très peur pendant 90 minutes, et quand tu commences à faire peur c’est que tu changes de statut». «Ceux qui se demandaient ou en était cette équipe le savent rebondit Ibrahimovic, auteur de sa septième passe décisive en Ligue des champions. Je pense que plus personne ne doutera de nous. » Promis, on essaiera.