Football : un bémol au joyeux anniversaire

©2006 20 minutes

— 

« Les titres ne s'oublient pas. Les héros non plus. » La banderole du kop strasbourgeois est allée droit au coeur des douze champions de France 1979 présents lors du centenaire du Racing, vendredi soir dans une Meinau joyeuse mais malheureusement peu garnie (15 000 spectateurs). Si Raymond Domenech, Jacky Duguépéroux et Gilbert Gress n'étaient pas présents, Roland Wagner, Léonard Specht, Albert Gemmrich, Roger Jouve, Jacky Novi, Jean-Jacques Marx, Joël Tanter, Serge Jenner, Yves Erlacher, André Wiss, Patrick Ottmann et Rémy Gentes avaient répondu à l'invitation. L'hommage et l'ovation qui leur ont été rendus (ainsi qu'à Robert Félix, intendant du club pendant cinquante-deux ans) ont été le clou de cette belle soirée.

Auparavant, les moins de 15 ans du RCS avaient dominé leurs homologues de Saverne (2-0) en finale du tournoi des clubs centenaires alsaciens. Après le défilé sur la pelouse des représentants des associations de supporteurs et une interview enregistrée de Domenech, le président Philippe Ginestet y est allé de son petit discours charmeur : « Demain se construit avec les rêves d'aujourd'hui. Je rêve donc d'un Racing conquérant et fédérateur, capable de remporter les plus grands succès. »

La projection vidéo des grands moments de l'histoire du club strasbourgeois et l'explosif feu d'artifice auraient dû parachever ce superbe anniversaire. Mais celui-ci a été entaché par les sifflets qui ont accompagné l'entrée des Marseillais à l'échauffement, et surtout chaque ballon touché par Mickaël Pagis au cours de l'insipide match de gala gagné 1-0 par un OM bis. Certains supporteurs n'ont semble-t-il pas digéré le départ de l'ancien Racingman au dernier mercato d'hiver, alors que le club luttait pour son maintien en L1. Mais ils ont la mémoire bien courte pour avoir oublié les 22 buts inscrits par « Pagistral » en un an et demi sous le maillot strasbourgeois. Dommage.

Jérôme Sillon