Handball féminin (D1) : plan-de-Cuques déjà en état d'alerte

©2006 20 minutes

— 

L'avenir s'assombrit. En déplacement samedi à Bègles pour le compte de la 6e journée de D1, Plan-de-Cuques s'est incliné lourdement (32-20). Mais plus que la défaite, c'est la manière qui a particulièrement déplu aux dirigeants marseillais. « On peut perdre des matchs mais pas de la sorte, tempête le directeur sportif, Eric Schiappapiétra. On était en tête à la pause [9-12], puis en trente minutes on lâche tout et on encaisse un 15-0. Je n'avais jamais vu ça de toute ma carrière ! »

Désormais lanterne rouge, le promu provençal va devoir réagir rapidement, sous peine de voir ses chances de maintien complètement hypothéquées dès le début de saison. « On n'est pas en crise mais en alerte générale, poursuit Schiappapiétra. On s'est ainsi donné vingt-quatre heures de réflexion avant de prendre des décisions. Avec le staff, on va revoir le match à la vidéo cet après-midi, et se réunir avec le comité directeur en soirée pour déterminer certaines choses... » Mais la direction du club le promet, il n'y aura pas de « révolution de palais » avant la réception, mercredi, de Fleury-les-Aubrais. Une rencontre qui s'annonce d'ores et déjà décisive pour le HBPC. « Le maintien devrait se jouer entre Fleury, Yutz et nous. Si on prend les trois points mercredi, on met un concurrent direct à deux points derrière », observe le directeur sportif.

Mais pour cela, les coéquipières de Stéphanie Ludwig devront retrouver certaines valeurs essentielles qui ont permis à Plan-de-Cuques de passer en deux ans de la Nationale 1 à l'élite.

Sandrine Dominique