Basket (Pro A) : les Villeurbannais se sont fait peur

©2006 20 minutes

— 

Trois jours après un historique intermède face aux San Antonio Spurs (90-115), l'Asvel a remporté hier après-midi son 4e succès en autant de matchs de Pro A. Une victoire acquise dans la douleur à Hyères-Toulon (79-82). « Il n'y a aucune corrélation avec la riche actualité de la semaine, car nous avons débuté le match comme il fallait », précise l'entraîneur villeurbannais Yves Baratet.

Mis sur orbite par un 14-0 dès le premier quart-temps, ses joueurs ont copieusement dominé les débats pendant trente minutes (57-24, 27e). « C'est à ce moment que nous n'avons pas assez respecté l'adversaire, reconnaît l'intérieur Vincent Masingue. Nous sommes encore un collectif jeune et ce match doit nous servir de leçon. » Car contrairement à l'impeccable copie rendue la semaine précédente face au Mans (66-45), l'Asvel encaissait la bagatelle de 38 points dans les dix dernières minutes. Hyères-Toulon étant revenu sur ses talons à trente secondes du terme (76-74), Villeurbanne devait son salut à un shoot lointain de l'arrière Rowan Barrett, aussi tranchant que face aux Spurs (20 points inscrits dont 4 sur 8 à 3 points). « Mon sentiment est forcément mitigé. Gagner ici ne sera pas chose aisée cette saison mais notre perte de confiance à la fin a failli coûter cher », souligne l'ancien adjoint de Claude Bergeaud.

Les Villeurbannais devront se montrer plus convaincants samedi, face à Roanne, dans un choc de leaders invaincus. Ils pourront à cette occasion faire débuter un pigiste médical. Roel Moors devrait être recruté afin de palier l'absence d'Aymeric Jeanneau, out pour six semaines en raison d'une blessure aux adducteurs. A l'essai depuis vendredi, cet international belge de 27 ans soulagerait ainsi Yohann Sangaré (trente-trois minutes de jeu hier) à la mène. « Roel a un profil qui m'intéresse. Il peut être le joueur approprié pour cette situation », se contente d'indiquer Baratet.

Jérome Pagalou