Basket : Emanuel Ginobili, «el conquistador»

©2006 20 minutes

— 

Si Tony Parker accapare l'attention des médias depuis son arrivée à Lyon, Emanuel David Ginobili (29 ans) ne les laisse pas non plus insensibles. Et pour cause. Le contorsionniste argentin des San Antonio Spurs – dit « El Manu » – est probablement l'un des joueurs les plus spectaculaires de la planète basket. Mais aussi l'un des plus titrés. L'ancien partenaire d'Antoine Rigaudeau au Kinder Bologne (2000 à 2002) peut en effet se targuer d'être le seul à avoir remporté l'Euroligue (2001), les Jeux olympiques (2004) ainsi que le championnat NBA (2003 et 2005).

Au total, il a glané sept trophées majeurs au cours de ces six dernières saisons, mais aucun lors de la dernière écoulée. Battu avec les Spurs en finale de la conférence Ouest par les Dallas Mavericks (3-4), Ginobili a ensuite échoué avec la sélection argentine face à l'Espagne (74-75) en demi-finale du Mondial, la seule épreuve qui manque à son incomparable palmarès. « Mais je n'y pense plus, assure l'arrière argentin. Je suis très excité par cette nouvelle saison. Nous allons tout faire pour essayer de reconquérir le titre NBA. »

L'exercice 2006-2007 a donc débuté à Lyon, où les Spurs ont établi jusqu'à jeudi leur camp d'entraînement. Une opération qu'il aimerait bien reproduire un jour dans son pays. « J'essaie de le faire, mais c'est plus difficile en raison du manque d'infrastructures. » Le natif de Bahia Blanca se réjouit néanmoins de son séjour à Lyon, « une ville que je vais essayer de visiter ». Quant au match de jeudi face à l'Asvel – sa première confrontation avec un club français –, Ginobili l'envisage comme un galop d'entraînement. « Le but est de se remettre en forme et d'apprendre à se connaître. »

Stéphane Marteau