Football (L1) : Fauvergue, la métamorphose

©2006 20 minutes

— 

Plus le même joueur. Buteur contre Nice samedi (1-0), après avoir égalisé contre Anderlecht (1-1), lors de la première journée de la Ligue des champions, Nicolas Fauvergue, qui aura 22 ans dans dix jours, s'affirme cette saison comme un concurrent direct de Peter Odemwingie. Si ses qualités physiques (1 m 91, 81 kg) n'ont pas changé, son jeu s'est lui doucement métamorphosé. Entré à la demi-heure de jeu, Fauvergue a apporté sa « présence athlétique afin d'avoir plus de liant vers l'avant », comme l'a expliqué Claude Puel. Pourtant, c'est un dribble et une accélération à 40 mètres du but azuréen qui ont amené le but lillois. « Nico n'est pas coutumier du fait. Prendre de vitesse un adversaire n'est pas sa qualité première. D'ailleurs, il s'est claqué », souriait Claude Puel, le coach des Dogues, après la victoire de son équipe.

Une déchirure au mollet qui l'empêchera de rejoindre l'équipe de France espoir, où l'attaquant est souvent convié, mais à laquelle il doit aussi très souvent renoncer pour cause de pépins physiques. « Je suis très déçu », confirme le Nordiste. Il doit l'être d'autant plus que son parcours n'a rien d'une progression linéaire. Viré du centre de formation de Lens, envers qui il garde une solide inimitié, il a rebondi à Béthune, où le Losc est venu le chercher en 2002. Pour aujourd'hui marquer contre Anderlecht et être titularisé contre le Milan AC (0-0). « Ça me fait du bien au moral », conclut l'ancien proscrit.

Antoine Maes