Alonso-Schumacher, duel à Shanghai

©2006 20 minutes

— 

Le Grand Prix de Chine, ce week-end, marquera une étape décisive dans la lutte pour le titre que se livrent Fernando Alonso (Renault) et Michael Schumacher (Ferrari).

n A quand remonte un Championnat aussi serré ?

Avec 2 points d'avance sur Schumacher à trois Grands Prix de la fin, Alonso se retrouve exactement dans la même position que l'Allemand en 2003. Schumi devançait alors Kimi Räikkönen de deux longueurs et avait fini la saison avec la même avance, décrochant alors son sixième titre mondial.

n Qui est le plus à l'aise à Shanghai ?

Fernando Alonso s'est imposé en 2005 à Shanghai, alors que Michael Schumacher n'a pas marqué un seul point lors des deux éditions du GP de Chine. En 2004, l'Allemand s'était classé à une très modeste 12e place après être parti des stands. L'an dernier, il avait d'abord été percuté lors du tour de chauffe, puis avait fini sa course dans les graviers. « J'ai un petit compte à régler avec le circuit de Shanghai, autant que ce soit ce week-end », reconnaît le pilote Ferrari. Alonso pense, lui, que la pression sera sur les épaules de Schumi. « C'est sa dernière chance de remporter un autre titre mondial », explique l'Espagnol.

n L'Ecurie Renault peut-elle compter sur Fisichella ?

Désormais dépassé par Ferrari au classement des constructeurs, Renault mise sur ses deux pilotes pour reprendre l'avantage. Avec 57 points marqués contre 108 à Alonso, Giancarlo Fisichella a pourtant du mal à soutenir la comparaison. Depuis le Grand Prix des Etats-Unis en juillet, le pilote italien n'a terminé qu'une fois devant Felipe Massa, son homologue chez Ferrari.

n Renault et Ferrari prendront-ils des risques en Chine ?

Les deux écuries rivales ont adopté la même philosophie : pour gagner, il faut d'abord finir la course. Ainsi, selon l'hebdomadaire Autosport, Renault a choisi de ne pas utiliser sa dernière évolution moteur, dont la fiabilité n'est pas certaine à 100 %.

J. Capton