Diego Maradona est-il un bon entraîneur pour Montpellier?

Romain Baheux

— 

Diego Maradona lors de son passage à Naples le 26 février 2013.
Diego Maradona lors de son passage à Naples le 26 février 2013. — REUTERS/Ciro De Luca

Et si Diego Maradona rejoignait la Ligue 1? Aussi réaliste qu’un épisode de «Star Trek» il y a encore quelques jours, cette possibilité a pris de la consistance après l’appel du pied du président de Montpellier, Louis Nicollin, à la recherche d’un successeur à René Girard pour la saison prochaine, et les déclarations de son représentant en France. Présenté comme l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football, que vaut-il réellement comme entraîneur?

Des connaissances tactiques limitées. Ses compositions d’équipe lors de la Coupe du monde 2010, où il entraînait la sélection argentine, ont laissé plus d’un observateur pantois. Résolument offensif, le management de Diego Maradona a certes été un régal quand il a fallu gagner 4-1 contre la Corée du Sud lors des phases de poule, mais a tourné au fiasco contre l’Allemagne en quart de finale (4-0). «Il entraîne comme il a joué, sans vraiment s’occuper des aspects défensifs, souligne Nestor Subiat, ancien joueur argentin, naturalisé Suisse et désormais recruteur en Amérique du Sud. Le joueur est très respecté en Argentine mais l’entraîneur a été très critiqué après le Mondial.» L’une des anciennes gloires de l’Albiceleste Roberto Ayala l’avait assassiné dans les colonnes d’El Pais. «C'est incroyable de se planter à ce point-là au niveau tactique face à une équipe comme l'Allemagne. Il suffisait de voir comment Mascherano était perdu au milieu de terrain face à des Allemands qui courraient dans tous les sens.» Maradona a également du mal à bien s’entourer, préférant travailler avec ses amis qu’avec des techniciens reconnus.

Une expérience courte. Si on enlève son passage raté à la tête de la sélection argentine, le CV de Maradona n’a pas vraiment de quoi impressionner Antoine Kombouaré, favori à la succession de René Girard dans l’Hérault. Viré du club émirati d’Al-Wasl en juillet pour son manque de résultat, il n’a pas particulièrement brillé quand il a dirigé les clubs argentins du Deportivo Mandiyu et du Racing Club au milieu des années 90. «Un grand entraîneur, c'est à voir, souligne Louis Nicollin, interrogé par RMC. On peut l'asseoir sur une chaise et c'est Pascal Baills [l’adjoint de René Girard] qui entraîne.» «Il n’a pas beaucoup d’expérience mais je suis persuadé que s’il est bien entouré, il peut faire quelque chose, estime Nestor Subiat. Montpellier est un club bien structuré où il pourrait réussir.»

Un charisme redoutable. La récente visite d’El Pibe de Oro à Naples l’a confirmé; Maradona déclenche l’hystérie collective partout où il passe. Adulé par ses joueurs lorsqu’il était sélectionneur argentin, Maradona deviendrait l’entraîneur le plus charismatique de Ligue 1 s’il s’engageait avec le club héraultais. «Il est très sympa, souriant et protège tout le temps ses joueurs, explique Subiat. Ces derniers l’adorent, c’est une légende.» Si Montpellier cherche de l’image et du prestige, c’est sans doute le bon choix. Pour le talent d’entraîneur, on repassera.