Sport

Coupe UEFA : les Parisiens n'ont pas le droit à l'erreur

Deux semaines après un match sans saveur en Irlande du Nord (0-0), qui avait paradoxalement lancé sa bonne série actuelle (2 victoires, 2 nuls), le PSG retrouvera le Derry City FC, ce soir (21 h) au Parc des Princes. Si une victoire suffit aux joueur...

Deux semaines après un match sans saveur en Irlande du Nord (0-0), qui avait paradoxalement lancé sa bonne série actuelle (2 victoires, 2 nuls), le PSG retrouvera le Derry City FC, ce soir (21 h) au Parc des Princes. Si une victoire suffit aux joueurs de Guy Lacombe pour composter leur billet pour la phase de poules de cette Coupe UEFA, le public parisien attend également du spectacle, quatre jours après le faux pas devant Nancy (0-0).

Un succès d'envergure permettrait également au groupe de se ressouder. Même s'ils s'accordent tous à en diminuer la portée (« On n'en a rien à foutre de cette histoire », assure Sammy Traoré), l'affaire Dhorasoo n'en a pas moins installé une chape de plomb sur le Camp des Loges. L'altercation lundi dans les vestiaires entre Bonaventure Kalou et Bernard Mendy en est peut-être l'exemple le plus flagrant, même si les deux hommes ont depuis signé la paix des braves.

Pour défier Derry, Lacombe devrait à nouveau se passer de plusieurs cadres. Vikash Dhorasoo évidemment, dont les jours au PSG paraissent désormais comptés, mais aussi Mario Yepes, toujours cantonné au banc, et Kalou, certainement supplanté par Cristian Rodriguez aux côtés de Pedro Pauleta. A l'inverse, Jérôme Rothen, blessé depuis cinq semaines (entorse du genou), s'est déclaré « opérationnel », mardi. « Il est apte, mais il va reprendre tranquillement », a déclaré hier Lacombe, conscient comme ses joueurs des portées d'une éventuelle élimination. « Après le 0-0 de l'aller, on a toutes les cartes en main », résume toutefois le gardien Mickaël Landreau.

Du côté de Derry, l'heure est à la décontraction, après avoir passé la soirée de mardi à l'ambassade d'Irlande à Paris. « C'est un grand match pour notre club et pour notre ville, prévient l'entraîneur Stephen Kenny. Une qualification, c'est peut-être beaucoup demander, mais mes gars vont tout donner, comme toujours. »

Sébastien Bordas