Les joueurs du XV de France n'ont «pas envie de passer pour des cons», selon Nicolas Mas

Propos recueillis par Romain Baheux

— 

Nicolas Mas lors du match du XV de France contre l'Italie le 3 février 2013.
Nicolas Mas lors du match du XV de France contre l'Italie le 3 février 2013. — AFP PHOTO / GABRIEL BOUYS

A 32 ans et après bientôt près de dix ans de présence chez les Bleus, on pourrait croire que Nicolas Mas a tout connu avec le XV de France. Pour la première fois de sa carrière internationale, le pilier de Perpignan se retrouve pourtant à lutter avec ses équipiers pour éviter la première cuillère de bois des Bleus dans le Tournoi des VI Nations depuis 1957. Une douloureuse perspective que Mas veut évacuer en allant l’emporter en Irlande samedi.

Avez-vous peur de subir une quatrième défaite de rang dans le Tournoi?

Ca serait dur de reperdre. Contre l’Angleterre, le groupe a fait un bon match malgré la défaite. On va aller là-bas avec beaucoup d’envie même si on sait à quoi s’attendre. Il ne faut pas se mettre cette pression, on veut positiver. C’est difficile à vivre. On doit regarder devant car on a de bonnes bases de travail. On doit continuer et tenter de marquer des points quand il le faut, c’est ce qui nous a manqué en Angleterre.
 

Comment on se motive pour ce genre de matchs?

Il faut penser à l’honneur du maillot et de la nation. Il faut être performant quand on est chez les Bleus. On va tout donner pour au moins ne pas sortir de cette rencontre honteux. On n’a pas envie de passer pour des cons. On a de l’orgueil, c’est l’honneur qui est en jeu.
 

Que doit corriger le XV de France?

On doit être plus efficaces à la finition. On doit aussi être capables de garder le score quand on est en tête. Il faut de la précision, de la patience. Après, c’est plus facile à dire qu’à faire...
 

Le groupe est assez jeune. Ce manque d’expérience est-il préjudiciable dans votre situation?

Il ne faut pas tout remettre en question. En novembre, tout allait bien. Je ne pense pas que ce soit dû à l’âge des joueurs. On ne peut pas tout expliquer parfois, il faut juste faire le dos rond.