Athlétisme: Jimmy Vicaut est-il plus fort que Christophe Lemaître?

ATHLETISME Le sprinteur français mènera la délégation tricolore lors des championnats d'Europe en Suède...

Julien Laloye (avec R.B.)
— 
Jimmy Vicaut à la lutte avec Christophe Lemaitre, le 28 juin 2012 en Finlande.
Jimmy Vicaut à la lutte avec Christophe Lemaitre, le 28 juin 2012 en Finlande. — M.Meissner/SIPA

Pendant que l’un traîne son spleen, l’autre cartonne à tout va. Christophe Lemaitre occupé à se refaire un moral et une caisse physique, Jimmy Vicaut, trois chronos juste au-dessus des 6’50 en indoor cet hiver sur 60m, représente l’espoir de médaille le plus immédiat du sprint tricolore à Göteborg. La dynamique opposée des deux garçons laisse même surgir l’idée d’un Vicaut à la marge de progression plus importante que son aîné, longtemps présenté comme l’avenir de l’athlétisme tricolore.

«Plus de caisse que Lemaitre»

Une hypothèse qui ne fait pas totalement bondir Pierre-Jean Vazel, longtemps entraîneur de Christine Arron. «Le potentiel, c’est quelque chose de très difficile à sonder. Ce qu’on peut dire, c’est qu’au même âge [Vicaut a deux ans de moins que Lemaitre] Christophe s’entrainait beaucoup moins que Jimmy, notamment sur la partie musculation. Ce qui fait qu’aujourd’hui Jimmy a plus de caisse, il digère mieux la répétition des courses à l’entraînement». Une qualité qui le rend d’avantage susceptible de faire descendre les chronos que l’Aixois, moins professionnel dans son quotidien d’athlète? L’explication ne convainc qu’à moitié Stéphane Diagana: «Jimmy a réussi à entrer dans une finale mondiale à 19 ans, ils ne sont que deux juniors à l’avoir fait, cela prouve qu’il a un potentiel au moins aussi intéressant que Lemaître. Mais sa marge de progression se limite au 100m, alors que Christophe peut aller voir du côté du 200m, et peut-être même du 400.»

C’est d’ailleurs tout le problème des deux hommes, qui, associés, formeraient sans doute le coureur parfait, avec d’un côté le savoir-faire de Vicaut au départ et de l’autre le sens du finish presque inné de Lemaitre. «Jimmy manque encore un peu de souplesse et d’amplitude sur ses fins de course pour pouvoir prétendre à des chronos autour des 9’90, comme peut le faire Christophe» juge Diagana. Plus compact et plus puissant, Vicaut semble fait pour le 60m, une distance qui lui permet de faire oublier ses limites sur les derniers mètres. Cela n’empêche pas pierre-Jean Vazel de pronostiquer un chrono sous les dix secondes sur la ligne droite avant l’été qui le rapprocherait un peu plus de Lemaître. A condition de ne pas en faire une obsession.

«Jimmy manque d’amplitude sur ses fins de course»

«Courir après un temps, c’est la meilleure façon de se contracter. Ca ne peut pas être une méthode». Est-ce que c’est actuellement celle de Vicaut sans doute plus que frustré d’avoir égalé trois fois son record en salle en un mois (6’53) sans jamais le faire tomber? Sa capacité à faire mieux que Lemaitre se jugera aussi dans sa faculté à sortir la «perf» qu’il faut au bon moment. Le faire lors d’un championnat d’Europe, même en salle, serait un bon début..