Ligue 1: Des liens obscurs entre l'OM et le milieu marseillais?

FOOTBALL Des écoutes téléphoniques accablent José Anigo...

J.L.

— 

José Anigo pendant le match OM-PSG, le 7 octobre 2012 au stade Vélodrome. 
José Anigo pendant le match OM-PSG, le 7 octobre 2012 au stade Vélodrome.  — NIVIERE/VILLALONGA KARINE/SIPA

L’étau se resserre autour du club olympien. RMC Sport révèle ce vendredi que l’enquête ouverte pour «extorsion en bandes organisées et associations de malfaiteurs», dont un volet rapporte les liens éventuels entre l’OM et le milieu du grand banditisme corso-marseillais, donne des résultats probants. La plupart provenant de la mise sur écoute du téléphone de José Anigo, le directeur sportif marseillais, lors de l’été 2011.

Diouf mouillé dans le transfert de Nasri?

Selon les révélations de RMC Sport, qui a eu accès aux procès-verbaux des écoutes téléphoniques, les enquêteurs s’intéressent de près au transfert d’André-Pierre Gignac de Toulouse à Marseille à l’été 2010, qui aurait fait l’objet de rétro-commissions ayant atterri dans les mains de la pègre. Gignac était représenté par les agents Christophe d’Amico et Jean-Christophe Cano, tous deux soupçonnés de côtoyer des membres du grand banditisme corso-marseillais.

Une autre conversation téléphonique, datée de mars 2012, entre José Anigo et l’agent Philippe Piola, laisse entendre que l'ancien président du club phocéen Pape Diouf serait mouillé dans le transfert de Samir Nasri à Arsenal. Anigo y parlerait en ces termes de Diouf: «Sur les transferts qu’il faisait, il était rémunéré parce qu’il y avait les primes. (...) Quand on vend Nasri 16 millions, je ne m’explique pas tellement comment il reste 10 millions dans les caisses du club (…).»

Des menaces directes

Il est également fait état de menaces directes à l’encontre de José Anigo tenus par le truand Richard Deruda, père de Thomas Deruda, passé par l’OM. «José, t’es en train de me faire fumer, t’es en train de me faire péter la casserole. Je crois que si j’étais à côté José, je crois que je fais une connerie (...)La peur, je la connais pas dans des problèmes comme ça (...) Attends que je te rafraîchisse la mémoire.»