Lyon: Sept blessés et trois interpellations après l'attaque de supporters de Tottenham par des jeunes encagoulés

FOOTBALL Avant le 16e de finale retour de Ligue Europa entre l'OL et les Anglais jeudi soir...

A Lyon, Caroline Girardon

— 

Le bar lyonnais le "Smoking Dog", le 21 février 2013, après les affrontements entre supporters lyonnais et londoniens.
Le bar lyonnais le "Smoking Dog", le 21 février 2013, après les affrontements entre supporters lyonnais et londoniens. — REUTERS/Robert Pratta

Des incidents se sont produits mercredi soir dans le Vieux-Lyon, à la veille du match de football entre Lyon et Tottenham, en 16e de finale retour de la Ligue Europa. Quatre pubs accueillant des supporters anglais ont été la cible d’une quarantaine de jeunes encagoulés vers 22h15.

«Ils sont arrivés soudainement, témoigne le gérant du Smoking Dog, l’un des établissements visés. Ils ne sont pas rentrés mais ils ont commencé à balancer des projectiles sur les façades et les vitres. Ensuite ils ont renversé le mobilier qui était à l’extérieur. Et puis ils sont revenus une deuxième fois. Il n’y a pas eu de bagarre puisqu’ils n’ont pas pu pénétrer à l’intérieur». Bilan de la soirée: cinq portes cassées ainsi que des chaises et des tables. Parmi les 150 supporters anglais qui buvaient une bière à ce moment-là, trois ont été touchés par des projectiles et ont dû  être transportés à l’hôpital.

Selon, les pompiers du Rhône, au total, sept blessés légers ont été acheminés vers la clinique de la Sauvegarde et l’hôpital Edouard Herriot. Il s’agit principalement de supporters anglais. «Ce n’était pas des Hooligans, assure le gérant du Smoking Dog. Ils étaient venus tranquillement boire une bière et ils ne cherchaient pas la bagarre».

Trois personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre. Les lieux ont ensuite été sécurisés jusqu’à la fin de la soirée sans qu’aucun autre incident ne se reproduise. Le club lyonnais a présenté ses excuses à son homologue anglais.