Procès Pistorius: Pistorius n'avait «aucune intention de tuer Reeva»

B.D, R.B, B.V. avec agences

— 

Oscar Pistorius est jugé pour le meurtre de son ex-compagne Reeva Steenkamp.
Oscar Pistorius est jugé pour le meurtre de son ex-compagne Reeva Steenkamp. — AP Photo/Antione de Ras

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, inculpé du meurtre de sa compagne, Reeva Steenkamp, doit comparaître de nouveau ce mardi devant un tribunal de Pretoria pour demander sa remise en liberté sous caution. L'audience doit débuter à 9h locales (8h à Paris) au tribunal d'instance de Pretoria, deux heures avant la cérémonie de crémation du corps de Reeva dans sa ville de Port Elizabeth, théoriquement dans l'intimité familiale.

Surnommé «Blade Runner», le premier athlète doublement amputé à avoir concouru contre des valides lors des Jeux olympiques de Londres, l'été dernier, est accusé d'avoir tué sa compagne, le mannequin Reeva Steenkamp, retrouvée morte jeudi à l'aube dans leur maison de Pretoria. Une arme, un pistolet de 9 mm, a été découvert dans la villa, et Oscar Pistorius est le seul suspect. Reeva Steenkamp, qui sera inhumée ce mardi à Port Elizabeth, a été tété abattue de quatre balles de 9 mm, a précisé la police.

Pistorius conteste «dans les termes les plus forts» son inculpation

Des informations de presse citant des enquêteurs -mais non confirmées officiellement- font état de vives altercations entre les deux amants dès mercredi soir, plusieurs heures avant le drame, survenue vers 3h locales (2h à Paris). La police s'interroge également sur une batte de cricket ensanglantée, qui aurait pu servir à fracasser la tête de la jeune femme, selon des fuites de l'enquête. Les procureurs devraient s'opposer à la demande de libération sous caution d'Oscar Pistorius. Le Parquet a indiqué à l'AFP qu'il entendait retenir la préméditation contre Pistorius, inculpé de meurtre vendredi.

Dans un communiqué, l'agent de l'athlète a rapporté que ce dernier contestait «dans les termes les plus forts» son inculpation. L'équipe de la défense, composée de ténors du barreau et d'un gourou des relations publiques venu d'Angleterre, conteste la thèse du meurtre et va demander sa libération sous caution. La police a pourtant écarté la version initiale de ce drame de la Saint-Valentin -notamment relayée par la soeur du sportif- qui veut qu'Oscar Pistorius a tué sa petite amie par accident, la prenant pour un voleur.

Depuis son arrestation, jeudi, Pistorius est détenu dans un commissariat de police de Pretoria. Sa famille a publié un communiqué au cours du week-end dans lequel elle le décrit en état de choc et de chagrin.