Oscar Pistorius, en larmes au tribunal, a été inculpé pour meurtre

FAITS DIVERS Il est soupçonné d'avoir tué par balles sa compagne Reeva Steenkamp...

Avec Reuters

— 

Oscar Pistorius est accusé du meutre de sa petite amie, le 14 février 2013.
Oscar Pistorius est accusé du meutre de sa petite amie, le 14 février 2013. — GALLO IMAGES/REX/SIPA

L'athlète sud-africain Oscar Pistorius, premier double amputé à avoir participé aux Jeux olympiques avec les valides, a éclaté en sanglots vendredi au tribunal de Pretoria après avoir été officiellement inculpé du meurtre de sa compagne. Vêtu d'un costume sombre, il a écouté, debout tête baissée, le juge Desmond Nair lui signifier son inculpation, avant de commencer à sangloter en se couvrant le visage des mains. «Doucement», lui a lancé le magistrat avant de l'inviter à s'asseoir.

Le parquet a fait savoir que le ministère public plaiderait la préméditation. Le corps sans vie du mannequin Reeva Steenkamp, 30 ans, avait été retrouvé la veille dans le quartier huppé et très sécurisé de Silver Woods, dans la banlieue de la capitale. La jeune femme a été abattue de plusieurs balles. Un pistolet de 9 mm a été découvert sur place. Selon les médias sud-africains, Oscar Pistorius a tiré à quatre reprises sur sa compagne à travers la porte de la salle de bain. Elle a été atteinte à la tête, à la poitrine, au bassin et à la main, écrit sur son site internet le journal en langue afrikaans Beeld. «Les gardes de sécurité ont retrouvé Oscar Pistorius à côté du corps de Reeva Steenkamp dans la salle de bain», affirme un témoin cité par le journal. «La porte était criblée de balles».

Modèle de réussite

L'hypothèse selon laquelle Oscar Pistorius, 26 ans, aurait tiré sur sa compagne en la confondant avec un cambrioleur avait dans un premier temps été évoquée par la presse. Mais la police a par la suite indiqué que les voisins avaient entendu «des bruits» avant les tirs et que le couple avait déjà eu des disputes de couple par le passé. L'arrestation d'Oscar Pistorius, érigé en modèle de réussite contre l'adversité, a provoqué une onde de choc en Afrique du Sud, reléguant vendredi le discours sur l'état de la nation du président Jacob Zuma dans les pages intérieures des journaux.

Le choc est d'autant plus grand que Reeva Steenkamp devait intervenir cette semaine dans une école de Johannesburg pour dénoncer la violence faite aux femmes. «Blade Runner», l'homme aux jambes en lames de ressort, qui devait initialement comparaître jeudi devant le tribunal, a passé la nuit au commissariat de Boschkop de Pretoria, a indiqué la police, précisant qu'elle s'opposerait à une libération sous caution. «Il va bien mais il est très agité», a déclaré à la chaîne SABC TV son avocat, Kenny Oldwage, sans fournir de précisions.

La chaîne câblée M-Net a cessé de diffuser les publicités mettant en scène Oscar Pistorius, mais la plupart de ses sponsors, dont Nike, ont dit attendre les résultats de l'enquête. Les contrats publicitaires de l'athlète, qui incluent la société de télécoms britannique BT, le fabricant de lunettes de soleil Oakley et le styliste français Thierry Mugler, lui rapporteraient près de deux millions de dollars (1,5 million d'euros) par an.
L'audience a été renvoyée à mardi prochain. Oscar Pistorius restera d'ici là en détention préventive.