Football : Ducasse n'a pas froid aux yeux

©2006 20 minutes

— 

« Pierre ? Il n'y a rien à dire. C'est un joueur qui n'a peur de rien. Il a fait du bon travail. » Le compliment d'un cadre comme Fernando à l'encontre de Pierre Ducasse a de quoi toucher le jeune homme de 19 ans, qui a grandi à Marcheprime. Propulsé sur le devant de la scène après la blessure du Brésilien, l'espoir bordelais a participé à trois matchs de L1 (contre Lyon, Lille, Nice) et une rencontre de Ligue des champions (face à Galatasaray), avant de retrouver le banc bordelais, dimanche, à Marseille. L'an passé, il s'était révélé au Vélodrome en inscrivant un but.

« Ce n'est jamais évident de remplacer quelqu'un comme Fernando car c'est un joueur clé », rappelle l'international des moins de 19 ans, qui s'est juste appliqué « à faire des choses simples » pendant son intérim. « Ricardo ne m'a pas donné de consigne particulière, il m'a juste demandé d'être devant la défense. »

S'il n'est pas impressionnant par son gabarit (1,79 m, 73 kg), Pierre Ducasse a davantage brillé par son volume de jeu. « J'ai eu la chance de jouer de gros matchs, savoure-t-il. Mais celui qui m'a le plus marqué, c'est la rencontre à Galatasaray. La Ligue des champions, c'est vraiment un autre monde. » Pour cet habitué des stades de CFA, le changement a été radical. « Mais l'ambiance était motivante. » Le milieu défensif va désormais tâcher de confirmer son ascension fulgurante et « continuer à travailler afin de pour- suivre [sa] progression ». Dimanche, il a demandé son maillot au Marseillais Samir Nasri. Auparavant, il avait fait de même avec le Lyonnais Karim Benzema, qui, comme Nasri, est un compagnon de sélection. Bientôt, c'est eux qui viendront vers Ducasse.

Stéphane Deschamps