Football: Romain Alessandrini, le bizuth enchanté

B.V.

— 

Ses yeux brillent comme ceux d'un enfant devant une piscine pleine de crème au chocolat. Il n'est à Clairefontaine que depuis quelques heures, mais Romain Alessandrini a déjà changé de monde. Le Rennais, qui avouait ne connaître aucun des joueurs de l'équipe de France «à part à la télé», a passé un lundi inoubliable. Il s'avoue timide, c'est un euphémisme.

«Au début, je pensais rester dans mon coin, à observer. Et puis à table, j'ai parlé avec Landreau, Cabaye, Lloris. J'ai bien été accueilli, c'est vraiment plaisant. » Pour son premier jour, le bizuth a même eu droit à un briefing du grand patron, Didier Deschamps : «Il m'a dit qu'il avait confiance en moi, qu'il fallait que je reste le même.»