Football (L1): la sortie de crise passe par le Nord

©2006 20 minutes

— 

Cherche succès désespérément. Le FC Nantes se déplacera demain soir (20 h) à Valenciennes, à l'occasion de la 6e journée de L1, pour une rencontre déjà à haut risque. Une victoire chez le promu nordiste (12e) offrirait une véritable bouffée d'oxygène à des Canaris n'ayant plus gagné le moindre match de Championnat depuis cinq mois et qui occupent aujourd'hui une peu flatteuse place de premier relégable (18e).

Une défaite, à l'inverse, plongerait un peu plus le club dans la crise, scellerait peut-être définitivement le sort de l'entraîneur Serge Le Dizet, et ne serait pas de nature à justifier le silence imposé par les dirigeants nantais cette semaine. Un huis clos provisoire amené à « durer », selon les déclarations hier du président Rudy Roussillon, qui a également répété ses « encouragements » à son coach.

« Avec tout ce qui a été écrit dans la presse, l'ambiance était lourde et notre mauvais début de rencontre était en partie dû à ça », estimait, à l'issue du nul contre Lille (1-1), samedi dernier, le défenseur Franck Signorino. « Les dernières semaines étaient difficiles du fait de la grosse pression sur le groupe, analysait hier Serge Le Dizet sur le site Internet du club. Elle n'a pas disparu mais il faut croire en des jours meilleurs. »

Pour ce faire, l'entraîneur pourra compter sur un groupe de vingt-cinq joueurs opérationnels, à l'exception du jeune Kevin Das Neves pas totalement rétabli. Auteur d'une excellente rentrée face à Lille, Dimitrijevic pourrait être titularisé dans l'entrejeu, de même que le jeune Payet en attaque. « A priori, il n'y a pas de raison de changer ce qui a fonctionné, analyse Le Dizet. Nous devons nous appuyer sur des repères de jeu. » Histoire aussi de faire bonne figure face aux quatre ex-nantais du VAFC: Grondin, Rippert, Bratu et le coach Kombouaré...

Frédéric Brenon