Le CIO calme le jeu sur l'éventuelle exclusion du cyclisme des JO

CYCLISME L'affaire Armstrong menacerait la présence de ce sport aux JO...

R.S.

— 

Le podium de l'épreuve du contre la montre de cyclisme des Jeux de Londres, le 1er août 2012.
Le podium de l'épreuve du contre la montre de cyclisme des Jeux de Londres, le 1er août 2012. — P.Hanna/REUTERS

Le Comité International Olympique calme le jeu. Après les déclarations de Dick Pound, l'ancien président de l'Agence Mondiale Antidopage et actuel membre du CIO, qui remettait en cause la présence du cyclisme aux JO s'il était avéré que l'UCI avait couvert le dopage de Lance Armstrong, le porte-parole de l'instance internationale est venu tempérer le débat. «Au cours des dernières années, l'UCI a largement oeuvré en faveur de la lutte contre le dopage. Une éventuelle exclusion du cyclisme du programme olympique est fort peu probable», a souligné le porte-parole du CIO Mark Adams.

Dans un entretien à Reuters, Dick Pound indique qu’une commission d'enquête indépendante a été chargée de faire la lumière sur des allégations contenues dans le rapport de l'Agence américaine antidopage.

En 2001, l’UCI aurait notamment étouffé un contrôle positif d’Armstrong. «Le seul moyen de nettoyer tout ça serait que tous ces gens se disent: "Hé, on n'est plus aux Jeux et on veut y être, donc regagnons notre place", analyse Pound. Le CIO devrait s'en saisir, (l'UCI) n'est pas connue pour ses actes forts contre le dopage. C'était pareil avec l'haltérophilie il y a quelques années, à un moment donné vous prenez les choses en main (...) et ils se disent: "Bon, on ne peut pas punir des athlètes innocents en laissant ce sport être supprimé du programme".»