Tennis : Sharapova, nouvelle star de New York

©2006 20 minutes

— 

Parfois critiquée pour son côté glamour et ses nombreuses apparitions publicitaires (15,7 millions d'euros de revenus annuels), Maria Sharapova a définitivement prouvé qu'elle n'avait rien à voir avec son illustre aînée, Anna Kournikova. Deux ans après son avènement à Wimbledon, la Russe de 19 ans a conquis son deuxième titre du Grand Chelem en dominant samedi soir Justine Henin-Hardenne (6-4, 6-4).

Après avoir accédé au dernier carré sans perdre le moindre set, puis infligé à Amélie Mauresmo le déshonneur d'être la première joueuse de l'ère Open à encaisser deux 6-0 dans une demi-finale d'un tournoi majeur, Sharapova a mis fin à sa malédiction face à la Belge. « J'avais perdu mes quatre derniers matchs contre Justine. Je me suis donc dit qu'il fallait que j'applique une tactique complètement différente », confiait l'héroïne du « Super Saturday », qui avait auparavant vu Roger Federer et Andy Roddick se qualifier pour la finale messieurs. Après un retard à l'allumage (0-2), la Russe ne laissait aucune chance à son adversaire pour s'imposer en une heure et demie. « Même si cela n'a pas le goût de ma victoire à Wimbledon, c'est toujours extraordinaire de remporter un tournoi du Grand Chelem, surtout à New York, ma ville préférée, jubilait Sharapova. Ce deuxième titre est la cerise sur le gâteau mais il y aura d'autres cerises à mettre sur le gâteau. »

Perturbée par un dos fragile tout au long du tournoi, Henin-Hardenne, qui a disputé les quatre finales du Grand Chelem (pour une seule victoire, à Paris) cette saison, reconnaissait la supériorité de sa rivale. « Elle était plus forte, plus en forme et je l'ai trop laissée s'organiser », regrettait la Wallonne, qui a du même coup laissé passer l'occasion de ravir le premier rang mondial à Amélie Mauresmo.

Sébastien Bordas