L'urgentiste jacques santini

bertrand volpilhac

— 

Six mois, vingt matchs et Jacques Santini. Voilà l'équation du Paris FC pour sauver sa saison. Le club parisien, 18e de National et relégable, s'est offert l'ancien sélectionneur des Bleus (2002 à 2004) comme directeur technique. «Mon rôle, c'est de faire profiter aux joueurs de mon expérience, définit celui qui a mené Lyon au titre de champion de France en 2002. C'est celui d'un directeur qui connaît son métier, qui connaît le football et qui sait que dans un club relégable, il y a des leviers psychologiques à bouger.»

Une mission qu'il compte mener à bien sans empiéter sur les prérogatives du jeune Alexandre Monier (28 ans), conservé au poste d'entraîneur. «Mon pouvoir s'arrête à la composition d'équipe, poursuit Santini. Alexandre Monier est sous mon autorité, mais dans d'autres domaines. Je serai présent autour du terrain, mais pas sur le terrain. Je n'animerai pas de séances d'entraînement par exemple. J'interviendrai si le coach me demande :»Ah tiens, on va jouer le 1er [du classement]. Jacques, comment feriez-vous dans ce cas-là ?« »

Le nouvel homme fort du Paris FC, conscient d'avoir «un certain réseau», va mener le recrutement du club. Avec pour objectif, a priori, de recruter trois à quatre titulaires en puissance. Et si ça ne suffit pas à améliorer les résultats, le reverra-t-on pour la première fois depuis 2006 – à Auxerre – sur le banc ? «Je ne peux pas répondre à cette question, car elle n'a même pas été posée, coupe-t-il. Elle n'a pas lieu d'être.» Et le Paris FC peut prier pour qu'elle ne le soit pas plus après le derby face à Créteil samedi. ■